Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 21:57

( Commencer lecture après 6min23 sec de la musique, ou démarrer la musique à 6.23)

 

L’ombre d’une ile

La brume d’un océan,

Un froid d’avril

La nuit et son néant.

 

Une silhouette,

Un souvenir fugace,

Le cri d’une mouette

Qui sans cesse nous agace.

 

Un horizon,

Etale et bien trop loin,

Telle une prison

Le silence en témoin.

 

Un chant, qui pleure,

Qui résonne là toujours,

Du monde, l’ampleur,

Douloureuse, nuit et jour.

 

L’amour, la mort,

De baisers et morsures,

Muerte, amor,

Caresses et blessures.

 

Larmes d’hiver,

Le chagrin d’un crachin,

Les mots divers

Qui sera le prochain ?

 

De l’eau, des rides,

Dans la paresse du vent,

Une terre aride,

Sa poussière s’élevant.

 

Un bal masqué,

Un cortège funéraire,

Flaveurs musquées

De laineuses cinéraires.

 

Toi, moi, les autres,

La vanité des choses,

Le tien, le nôtre,

L’un à l’autre s’oppose.

 

Hier et demain,

Aujourd’hui n’est jamais,

Prières de mains,

Paroles à blâmer.

 

L’ombre d’une rue

Dans la brume d’un matin,

Labours enrues,

La vie est une catin.

(29/08/2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Régine 03/09/2016 16:28

Bien triste regard, certes réaliste d'un monde qui arrive à son apogée ... mais il faut projeter ce regard au delà ... l"instinct de survit gagnant nombreux conscients ... la reconstruction se met à place petit à petit ... l'espoir est là !!!

Hécate 30/08/2016 09:51

Un regard désabusé sur le monde ,une superbe musique qui pleure...

Etsivousosiez 30/08/2016 12:25

Plus passe le temps moins j'ai envie des lendemains... désabusé? Lucide peut-être