Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 20:16
Sublima puta

( Le net est un monde étrange, obscur et surprenant, au cours de me périgrinations j'y ai croisé cette femme étrange et fascinnate affichant  sa soif d'outrance et d'absolu de la chair et du désir... de troublantes photos et des mots sans pudeur, une affirmation  vive de son insanité sensuelle. Je ne juge ni ne critique, j'essaie de trouver ce qu'il y a de beau dans cette nouvelle violence des êtres... des femmes.)

 

Son corps en son parfait dessin,

Elle pose, montrant là ce qu'elle est,

Cet absolu de son dessein,

A ses courbes lisses toute attelée.

 

Sensuelle finesse de ses traits,

La perfection de leur tracé,

De sa minceur bellement outrée,

Que nos regards viennent embrasser

 

Ses muscles fins à fleur de peau,

Là si saillants et dessinés,

Si provocante tel un propos

A nos désirs seul destiné.

 

Elle est plaisir, elle est outrance,

Sa quête est vaine d'un absolu,

Ses mots son corps, sa nonchalance,

Ses folles mœurs si dissolues.

 

Toute entièrement de ses pulsions

De cette lave qui la brûle,

Se veut désir et séduction,

Tout en son ventre se bouscule.

 

Ses mots tabous sont éloquents,

Tels des fouets qui cinglent fort,

Vulgaires insanes et provocants

Incontinent ils nous perforent.

 

Ses lèvres insultent et mouillent aussi,

Dans l'impudeur sa chair s'expose,

Rêvant de mâles bien circoncis,

De glands de sexes qui explosent.

 

Son corps objet rêve de fessée,

Sublime catin se revendique,

Dans la douleur veut confesser

Ses rêves déments et impudiques.

 

Sa chair en son divin dessin,

S'exhibant là dans l’impudence,

Ce provocant de son dessein,

De son désir dans la flagrance.

(02/05/2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Marine 03/05/2016 10:09

Merci beaucoup la réciprocité est la !

Etsivousosiez 03/05/2016 10:15

J'essaie de comprendre le mystère de la féminité en toutes ces acceptions sans jugement à posteriori