Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 18:35

Son maquillage, opalescent,

Sa bouche, ses lèvres peintes rouges,

Ce petit jour, évanescent,

Sa douce silhouette qui bouge.

 

Légère grande si mince et gracile,

De ses cuisses l'arche délicieuse,

L'aisance de sa marche, facile,

Sensuelle féminine et gracieuse.

 

Là... curieuse, ci... indifférente,

Elle parle, regarde souriante,

Des autres ô combien différente,

Jeune femme, si belle et alliciante.

 

Ses mains d’albâtre, longues et fines,

Ses gestes, légers et déliés,

Sa taille, qui dans ce jour s'affine,

Courbe de ce corps si singulier.

 

Ses longs cheveux noirs et sa frange,

Cette nonchalance contrefaite,

Rien ne la gêne ni la dérange,

Semblant en l'instant si parfaite.

 

Elle parle, octroyant son sourire,

Alentour elle la vie se fait,

Le temps ne semble plus courir,

Lent, son écheveau se défait.

 

Autour les badauds vont et viennent,

La vie distillant son esprit,

Elle est, qu'importe ce qu'il advienne,

En notre instant qu'elle s'approprie.

 

La voici qui se lève et s'éloigne,

Jetant çà et là son regard,

En cette foule qui là l’empoigne,

Lentement, son épure s'égare.

 

Voilà, le rideau est tombé,

Le temps reprend sa bonne mesure,

Celui pour nous tous incombé,

Sans maquillage, ni démesure.

(01/05/2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires