Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 18:31

(La musique est sous le texte si cela vous dit d'essayer ensemble)

 

traitement-insomnie.jpgOmbres et lumières des instants commencés qui se réclament à nous, impérieux et ostentatoires qui nous viennent chercher en la nuit. Les voilà qu’ils font leurs demandes, insistants, exigeant leur fin, ces heures qu’ils disent leur manquer... l’insomnie le cédant alors au sommeil. Fantômes, papillons nocturnes aux ailes brunes et de poussière, qui se déplacent légers et en tous sens, dans la syncopée d’une excitée chorégraphie, venant nous effleurer parfois, le front ou la chevelure, à dessein de nous éveiller et de nous maintenir en cet état d’hébétude angoissée. Rien ne les effraie, ni la flamme des bougies et des cierges sur laquelle ils pourraient consumer leurs ailes, ni encore les grands gestes désespérés qui tentent de les chasser. Ils virevoltent, changeant sans cesse de direction, affolant les esprits inquiets qui s’agitent comme des démenés, tourments impalpables qui s’obstinent et les harcèlent. Rien n'y fait et ne semble pouvoir y faire, ils insistent, provocateurs, harceleurs, essaim d'ombres et d'attouchemenst cursifs, caresseurs malséants et désagréables.

De conserve le piétinement de ces autres fâcheux, coléoptères non invités qui de leurs pattes poilues vous tapotent le front à n'en pouvoir mais. Qui se cognent et s'entrecognent, carapaces chitineuses contre carapaces de chitine, faisant résonner en votre crâne ces myriades de petits chocs, d'à-coups de charges et de heurts, dont l'écho se répète inlassablement, se nourrissant de lui-même, et paraîssant s'amplifier à chaque seconde, se répercuter à n'en plus finir! ils courent, entrent et sortent, vous envahissent, semblent vous dévorer de l'intérieur, s'agiter frénétiquement en vos yeux, en votre tête, en votre chair, sous votre peau, tandis que leur frères volants continuent de vous harceler de l'extérieur,complices ostensibles et entêtants; sardoniques et agiles aviateurs. L'armée vous détruit à petit feu, vous pille, vous absorbe, vous envahit, vous consume, vous ravage et vous ronge, impitoyablement, peu à peu, sans répit ni trêve, sans échappatoire possible... proie sans défense, dépécée de la nuit. 

 Ils vont et viennent, de gauche à droite, de droite à gauche, de façon aléatoire, trublions intrépides, agitateurs endemenés, n’ayant de cesse, de cesse de nous narguer, de maintenir cet éveil forcé jusqu’à la migraine, le martel séditieux et implacable, qui  défonce votre tête tout en vous maintenant malgré tout vivant. Noctambules agités, vampires impalpables et enragés par cette fin qui leur manque, ils réclament ce dû,leur bien sans crédit... que ce qui a débuté finisse, afin de clore leur parenthèse, leur étant... alors seulement ils repartiront, disparaitront, s'évanouiront, repus et satisfaits, dans cette complétude de laquelle ils se sentent invalides, mutilés et boiteux... si pleinement imparfaits.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Hécate 24/04/2012 19:13


Oui....

Hécate 24/04/2012 18:03


On le dit !...      :)


Vous jouez ici sur les cordes de l'émotion ...(du moins en ce qui me concerne ) ."Une ardente nostalgie " s'en dégage .(Je reprends les mots de Schumann ; je suis incorrigible n'est-ce pas,
Johan  ? !...


                                                                                                 
Bien à vous


                                                                                                                
Hécate


 

Etsivousosiez 24/04/2012 18:29



Ce sont des cordes que j'aime faire vibrer


Il est si bon de partager et traduire



Hécate 24/04/2012 13:58


!!!!.....Johan !....


Un des thèmes de Schubert que je préfère .........Comment pouviez-vous le savoir ?....


                                                                                                                              
votre H...

Etsivousosiez 24/04/2012 16:46



Les grands esprits se rencontrent parait il! :-)


J'aime ce morceau de Schubert, écrit en fin de vie, il me dit beaucoup


Johan votre



Hécate 23/04/2012 19:01


Le contrepoint ?


La réponse est inattendue Johan ,mais j'en suis heureuse .La vie est si semée d'embûches et de déconvenues !


                                                                                                                  
bien à vous

Etsivousosiez 23/04/2012 19:06



De toutes ces ombres malfaisantes qui réclament la nuit vous êtes vous au contraire une lumière qui les efface


Il est de merveilleuses insomnies je le sais et vous aussi, celles qui font vibrer l'âme et la chair dans une commune attente...mais elles sont rares, car écrasées celles enfantées par les
mensonges et vilénies, par ceux qui prennent et ne donnent jamais...


Tendrement



Hécate 23/04/2012 18:37


Un tableau de l'insomnie visitée par quelque succube ...:)

Etsivousosiez 23/04/2012 18:52



La déception des autres et le doute croissant à leur égard, je ne sais si je dois remercier mes parents de ce cadeau qu'est la vie :-)


Heureusement que vous faites le contrepoint à cela