Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 18:37

Valses et caresses, là sont des regards,

Des pensées, des mensonges, des désirs,

Lors pouvoir s’évader sans prendre gare,

Loin s’enfuir pour de ça se dessaisir.

 

Trancher dedans le vif sans retenue

Pour en extirper son âme et son cœur,

Se réjouir de cette sanglante mise à nu

De par les chants à tue-tête d’un chœur.

 

Éclabousser le monde de son sang

De tout ce pus acide qui nous gangrène,

Jugement sublime d’un dieu si indécent

D’une ordalie d’un temps qui nous entraine.

 

Tous ces crachats, ces éjaculations,

De morve de sperme de mouille et de sanies,

Ces coups de reins dans la répétition,

Baisers de foutre, de mots et d’avanies.

 

Éventrer la vie et puis la vider,

Que s’écoulent sa tripaille et ses viscères,

Pour dans ce ventre ouvert évidé,

S’en vienne pisser le dernier janissaire.

 

Trancher profond la gorge des biens disant,

De ces archanges menteurs et volubiles,

Cette belle hémorragie des médisants,

Bien vive et rouge d’un sang mêlé de bile.

 

Les soubresauts idiots de leurs carcasses,

Les gargouillements stupides de leurs suppliques,

Il n’est que leur orgueil qui les tracasse,

Clones fades et ridicules qui se répliquent.

 

Tuer la vie, le monde, tuez-les tous !

Que nul ne réchappe au grand nettoyage,

Les voir courir, s’enfuir tous plein de frousse,

Vers cette impasse si sombre du grand voyage.

 

Le temps du vide est là bien arrivé,

Il faut fourbir les armes et s’en servir,

Le bateau ivre ne peut plus dériver,

Il est grand temps de couler ce navire.

 

Au diable les cons, les gentils et les autres !

Ouvrons bien grande la porte de l’enfer,

Le monde dedans la vanité se vautre,

Que tous sur la grande broche on les enferre !

(21/10/2016)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 17:34

Terrible et silencieuse souffrance que de ne plus se reconnaître...

 

Douleur cachée, cicatrices invisibles,

Un sourire de façade,

De son passé les secrets indicibles

Devers la mascarade.

 

Malgré ce si joli visage,

La douceur de ses traits,

Son si beau dessin là sans âge,

Il n’est plus son attrait.

 

Le miroir si menteur

Aux reflets étrangers,

Sans de cesse tourmenteur,

D’un visage arrangé.

 

Car ci elle n’est plus elle,

A tout jamais changée,

Tracés par un scalpel

Ses traits furent échangés.

 

Chaque jour étrangère à son regard,

Douleur et nostalgie,

Sa pensée vers son passé s’en repart,

Fuyante léthargie.

(20/10/2016)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 21:28

Je voulais rendre hommage à ces quelques petites femmes qui chaque jour au lycée viennent me parler dans les couloirs, quelques instants, pleines de sourires de douceur et de gentillesse. Elles ne sont pas mes élèves  mais pourtant elles prennent le temps de partager des mots simples avec moi sans se rendre compte que ces moments sont l'essentiel de la vie... le partage et la reconnaissance de l'autre. Je leur offre se petit poème, c'est peu mais je voulais les remercier à ma façon.

 

Quelques petites femmes souriantes,

Jeunes, belles, si pleines de vie,

Si délicieusement insouciantes,

Gourmandes de leurs envies.

 

Elles parlent fort, rient et se moquent,

Embellissant l’instant,

Bousculent et dérangent l’univoque

Par leurs rires insistants.

 

Toute la vie leur appartient

Jeunes femmes en devenir,

Aucun lien ici ne retient

Leur souci d’avenir.

 

Elles sont enfants, elles sont des femmes,

Si fortes et si fragiles,

Un feu ardent brûle en leurs âmes,

Un nouvel évangile.

 

Je les regarde et m’en imprègne,

Comme on goûte le soleil,

Dans cette attente qu’il nous étreigne

D’une chaleur nonpareille.

 

Ci inconscientes elles ne savent pas

Ce cadeau qu’elles ne font,

Que leurs sourires sont tant de pas

Qui m’éloigne du fond.

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 10:10

Automne qui s’installe et se traine,

Déposant en nous sa langueur,

Qui nous enveloppe, nous entraine,

Au-dedans de sa molle torpeur.

 

A l’instar d’un lent tourbillon,

Aux volutes moites et douces,

Qui nous emportent papillon,

Sans violence ni secousses.

 

Une dérive, équanime errance,

Comme transporté bien malgré soi,

Dans cette étrange indifférence

De tous ces gens autour de soi.

 

Un lamento, une mélopée,

Nénuphar glissant lentement,

Par cette mollesse… enveloppé,

Bercé par cet alanguissement.

 

Un vieux papier sur un trottoir,

Glissant là poussé par le vent,

Se trainant seul sans accotoir,

Allant… à peine se soulevant.

 

Automne languissant et sans fin,

Ô combien lourd de sa grisaille,

Étouffant notre espoir défunt,

En les mors de sa tenaille.

 

Une longue petite mort alentie,

Au cortège qui s’étire lent,

Mer étale et sans clapotis,

Chute si longue et sans allant.

 

Une valse qui glisse fatiguée,

Asthénique et sans aucun temps,

Flot que rien ne peut endiguer,

Qui monte et monte tout le temps.

 

Comme un automne interminable,

Déposant en nous sa torpeur,

Qui nous étreint, abominable,

Au-dedans de sa molle langueur.

 

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 22:15

Quelques mots simples et banals,

Ordonnés avec intelligence,

Simple phrase bien ordinale,

Si cinglante de sa sentence.

 

 De tout petits mots…assassins,

Délicatement enveloppés,

Petits vocables au noir dessein,

Là musiquant leur mélopée.

 

Lèvres badigeonnées de poison

Pour un baiser des plus charnels,

Parcimonieux plus qu’à foison,

Morsure terrible d’un shrapnel.

 

Brûlante ciguë qui diffuse

Qui se répand et empoisonne,

Venin brûlant qui nous perfuse

Jusqu’à notre âme qui l’emprisonne.

 

Des mots badins, mots çà et là,

Délivrés si légèrement,

Des mots en veux-tu… en voilà,

Comme par hasard…incidemment.

 

De jolies lames effilées

A la prosodie bien tranchante,

Paroles simples tréfilées,

Paraissant là bien innocentes.

 

Telles des flagelles si doucereux,

Des caresses et baisers controuvés,

Ces mots faussement savoureux,

Qui ne cherchent… qu’à nous éprouver.

 

Quelques balles tracées… sur une cible,

Pour un tir groupé… dans le cœur,

Une phrase… écrite et dicible,

A l’écho banal... et moqueur.

(17/10/2016)

 

 

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 20:31

Loin lentement le ciel se pose

Sur l’horizon décoloré,

Laissant ses couleurs qu’ils déposent,

Teintes sanguines et mordorés.

 

Telle une aube, ou un crépuscule,

Faisant s’écouler son linceul,

Les cieux sur la terre s’articulent,

Unique trame paraissant seule.

 

L’encre rouge s’écoule sur les vagues,

Dessinant ainsi leurs reflets,

Miroirs des ondes qui divaguent,

Dans le jour semblant s’essouffler.

 

Lors la terre au ciel se confond,

Espaces uniment réunis,

L’océan dans l’empyrée se fond,

Tous deux pareillement démunis.

 

Le lointain là semble une blessure,

Une si douce hémorragie,

L’étrange d’une belle épissure,

D’un monde en sa chronologie.

 

Plus de mesure ni de limite,

Seule… la garance des lavis,

De ces volutes qui délimitent

L’espace vide de leur parvis.

 

La nuit se glisse et puis s’étale,

S’écoule lente et silencieuse,

Son encre sombre est si étale

De cette teinte ci harmonieuse.

 

D’éclats les étoiles se dessinent,

Sur la toile d’un ciel élimé,

Prunelles des dieux qui vaticinent

En cet instant inanimé.

 

Enfin la pénombre l’emporte

Où seules quelques ombres apparaissent,

La nuit alors…referme sa porte,

Laissant se poser sa paresse.

(15/10/2016)

 

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 07:57

 

Attendre et attendre sans cesse,

Sans savoir ce que l’on attend,

En cette attente qui nous presse,

N’être… que la victime de ce temps.

 

Attendre cet autre impossible,

Pour qu’alors il devienne enfin,

Dedans ce temps incompressible,

Là, vouloir qu’advienne sa fin.

 

 Attendre, la succession des jours,

Suivre, le défilé des heures,

Saisons se répétant toujours

En l’espoir d’une autre meilleure.

 

Attendre, un regard, un sourire,

De se sentir enfin vivant,

De se prendre, un éclat de rire,

De ne plus être qu’un survivant.

 

Attendre ci… une aube nouvelle

Nouveau soleil sur l’horizon,

Que là devant nous se révèle

D’un autre monde la floraison.

 

Attendre ce qui jamais ne fut

Ce que l’on sent qui pourrait être,

De cet instant être à l’affût,

Dans l’espérance de le voir naitre.

 

Attendre le jour, le soir, la nuit,

Entre les heures et le minutes,

Cet(te) inconnu(e) qui là nous fuit,

De notre histoire l’anacoluthe.

 

Attendre un vol qui se suspend,

De la musique un rubato,

Dans le brouillard se dissipant,

La silhouette d’un bateau.

 

Attendre et attendre sans cesse,

Sans savoir ce que l’on attend,

En cette attente qui ne cesse,

N’être… qu’une poussière dedans le temps.

(15/10/2016)

 

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 08:58

J’écris pour toi, j’écris pour elle,

J’écris encore et pour toujours,

Des mots posés comme un appel,

Comme un soleil levant le jour.

 

Des émotions mouillées de larmes,

Un cœur qui bat, un cœur qui cogne,

Des mots brûlants comme des armes,

Un vain espoir qui se rencogne.

 

Dans la langueur d’une même attente,

Des heures qui passent et puis s’effacent,

Des mots sourdine, des mots qui tentent,

Des jours qui naissent et puis trépassent.

 

Le temps qui court et m’envieillit,

Une musique qui se répète,

Des mots usés, des mots vieillis,

Un vieux fusil, une escopette.

 

Des doigts qui jouent des doigts qui tracent,

Une écriture tel un chemin,

Des mots écrits qui nous font face,

Un bel écran un parchemin.

 

Calligraphie, Time new roman,

Un paragraphe... à justifier,

Des mots qui crient, des mots déments,

Fautes de frappes à rectifier.

 

Une orthographe sur un clavier,

Touches alignées en azerty,

Des mots cailloux, des mots gravier,

Désir caché introverti.

 

L’hiver s’envient tout doucement,

Il n’est plus rien sur les ramures,

Des mots inquiets des mots tourments,

Le temps s’enfuit à vive allure.

 

J’écris pour toi, j’écris en vain,

J’écris encore, plus que jamais,

Des mots idiots, des mots devins,

Le cœur battant qui n’en peut mais.


(09/10/2016)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 21:51

L’aube lente s’étire

Dans ce matin d’automne,

Fraîche la nuit se retire

Silencieuse et atone.

 

La voici qui parait

Toute de noir vêtue,

Silhouette là parée

De l’ombre et sa vertu.

 

Ci légère et gracieuse

Mince et souriante,

En cette aube silencieuse,

Sublime et insouciante.

 

Sa robe et ses collants,

Son élégance belle,

Ses cheveux s’écoulant,

Vague brunes qui capellent.

 

Elle s’en vient si troublante,

Dans l’épure matinale,

En cette aube tremblante

Nouvelle imaginale.

 

L’instant semble un mirage,

Du temps un aparté,

Un fascinant hommage,

D’une femme à la beauté.

 

Il n’est que son sourire,

Son corps allant si leste,

S’en venant accourir

En sa valse de gestes.

 

Ce bel instant m’imprègne,

Se dessine et s’inscrit,

Ces impressions étreignent

Mon âme sans un cri.

 

Du mouvement de sa grâce

Mon regard s’émerveille,

Me rejoint me dépasse

Dans ce jour qui s’éveille.

 

A tout jamais en moi

Sa brune silhouette,

De l’aube cet émoi

D’une femme belle et secrète.

 

(02/10/2016)

 

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 22:42

Son ombre sa silhouette

Ses courbes, son élégance,

Miroir aux alouettes

Lumière qui manigance.

 

Elle est presque trop belle,

Si parfaite, si trompeuse,

Pulpeuse mirabelle

Là si fière et moqueuse.

 

Ses jambes élancées,

Sa taille vase de chine,

Sa démarche balancée

Quand le jour la dessine.

 

Un instant de désir,

Mirage et illusion,

Illusion d’un plaisir

D’un instant d’élision.

 

Ci ses lèvres garance

D’un baiser les prémices,

Prémices d’une espérance,

D’un espoir de délices.

 

Robe corolle et fourreau,

Rond bourgeon de ses hanches,

Troubles dessins floraux

D’un corps qui se déhanche.

 

Chevilles et talons

Redessinant ses jambes,

Traversant le salon

Jusqu’au pas quelle enjambe.

 

Parcouru par une onde

Son corps est une anguille,

Un serpent, une ronde,

Une douce godille.

 

Là jeune et si parfaite,

Sublime et bien trop belle,

L’espoir est une défaite

Pour ceux qui rêvent d’elle.

(01/10/16)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article