Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 21:33

 

Ces quelques notes dedans la tête,

Tic-tac, ce petit air de rien,

Ténu fredon qui vous entête,

Le métronome d'un galérien.

 

Ça vous démange en le dedans,

Telle une vague, comme un frisson,

Un petit truc bien redondant,

Le galop sourd d’un canasson.

 

Il dort le jour et vit la nuit,

Un quelque chose en le grenier,

Des bruits de pas après minuit,

Là quand bien même vous allumiez.

 

Ca craque, ça pleure et ça chahute !

Ça se répète tel un écho,

Contre la peur vous êtes en butte,

Mais il vous faut payer l’écot.

 

Une musique, un bruit de fond,

Un lamento, des hurlements,

Ancrés en vous, si bien profonds,

Au plus intime, un aboiement.

 

Une ritournelle qui vous esseule,

Qui s’en revient et qui trompette,

Nul ne l’entend sinon vous seul,

Ce petit rien qui se répète.

 

C’est un refrain sans mélodie,

A-coup feutré interminable,

Un mauvais rôle, une tragédie,

Dans un décor par trop minable.

 

Sempiternelle avant-première,

De ce concert en vous nocturne,

Aux harmonies de cette prière,

Qui se répète taciturne.


Ces quelques notes intérieures,

Tic-tac, ce petit air malin,

De demi-heure en demi-heure,

Vous conduira jusqu'au matin.

 

(07/12/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 08:06

 

C’est en l’aube naissante

Quand la sorgue se meurt,

Que là déliquescentes

Se taisent leurs rumeurs.

 

Peu à peu ils s’endorment,

S’estompent et disparaissent,

Tous ces démons informes

Qui la nuit nous agressent.

 

Nocturnes carnivores

Avides de nos heures,

Sans cesse nous dévorent

Sinistres aiguiseurs.

 

Ils dansent dans nos têtes

Ricaneurs et hurlant,

S’échinent et nous entêtent

Acides et brûlants.

 

Ils étripent nos rêves,

Puis gourmands s’en repaissent,

Nous refusant leur trêve

Jamais ne nous délaissent.

 

Ils tournent incessants

Derviches parasites,

Hâbleurs et mugissants

En la nuit qui hésite.

 

Leur sabbat ils prolongent

Au sein de la fatigue,

Le temps lui se forlonge

Aheurtant notre digue.

 

Il n’est point de prière

Ni même de baptême,

Quand l'exorcisme d’hier,

Nous jette son anathème.

 

C’est en l’aube prochaine

Quand la sorgue se meurt,

Que tombent toutes nos chaines

      Puis cessent ces rumeurs.

(01/12/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 21:32

 

Sous l’encrier du crépuscule,

Le jour noirci sa page,

Au plus intime tout se bouscule

En un feutré tapage.

 

Il n’est plus que vos mains madame,

Si belles caressantes,

Sur moi posées vos mains de femme,

Chalandes indécentes.

 

De l’autre côté du vitrage,

Par-dessus ce ciel qui s’éteint,

Les nues et leurs ombrages

Déroulent leur satin.

 

Elles glissent lentement sur moi,

Vos yeux me regardant,

Prémices, promesses d’un émoi,

Vous là me l’accordant.

 

Bien lente, la nuit s’en vient aux cieux,

Toute entière y accède,

Au crépuscule révérencieux

Sa fille lui succède.

 

Elle cogne, galope la chamade,

Pulsant son sang brûlant,

Tandis que là vos doigts nomades

S’avancent turbulents.

 

Là-haut, lointaines spectatrices,

Prunelles nitescentes,

Ténues  lueurs ambassadrices

Sont les étoiles naissantes.

 

En moi je sens monter une lave,

Cautère dedans ma chair,

Fureur, qui de vos mains esclave

Réclame son enchère.

 

Au plus intime de la pénombre,

En l’instant le plus fort,

Vos mains telles des ombres,

      Ont consumé mon corps.

(30/11/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans etsivousosiez
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 11:24

 

Dessus la plaine vallée

Par ses courbes frontières,

Mes yeux se laissent aller

De l’ombrage aux lumières.

 

Terres si belles arasées,

Si douces meubles et glabres,

Sous un ciel embrasé

Déposant son cinabre.

 

Cet infini lointain

Attouchant l’horizon,

Si semblant incertain

Départi de saisons.

 

Une main qui effleure

Epousant le sillon,

La rosée qui affleure,

Ses reflets vermillon.

 

De l’instant la tiédeur,

Le souffle d’un plaisir,

Les parfums les odeurs

Là venant me saisir.

 

Délicate caresse

Qui s’étend, se prolonge,

D'une lente paresse

S’éternise et s’allonge.

 

Il n’est plus que l’instant,

Sa quiétude, votre émoi,

Quand bien même, nonobstant,

Vos yeux clairs qui larmoient.

 

Là mes mains vous épousent

Caressant votre corps,

Vous ma belle Andalouse,

Dont l’accueil est accort.

 

Votre source limpide

S’écoulant si discrète,

Sur mes doigts intrépides,

La voici qui sécrète.

 

En votre intimité

En ses ondes si molles,

Mon désir invité,

S’abandonne et s’immole.

 

 (26/11/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 13:49

 

 

Bonheur, sa flagrante lésine,

L’étau terrible de son usure,

Enfant triste de sa gésine

S'égarant en sa démesure.

 

Petites amours à l’encan,

Où chacun se donne à crédit,

En soupirs si peu éloquents,

Car du cœur le corps se dédit.

 

De nos envies voici l’enchère,

Ce frisson charnel et vénal,

Où l’impôt payé par la chair

A nos maux s’ajoute pénal.

 

Objet vivant de mon désir,

Ici de toi je fais ma chose,

Totale esclave de mon plaisir,

Ebène par ton tarif enclose.

  

Hauts talons sur le macadam,

Leurs incessants allers venus,

Marche pied du chemin des dames,  

Pour sentinelles aux seins nus. 

  

Il n’est pas de corps incessibles

Aux nécessités de toujours,

Ni même de morale invincible

Quand les belles la nuit sont de jour.

 

Parfois sur cet étroit trottoir,

Nos âmes péripatéticiennes,

Si seules s’enviennent sans peu chaloir,

      Se vendre aux délices anciennes.

(23/11/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 16:44

( Ne cherchez pas  un sens cela est venu; pour ce qui est du premier vers je l'ai entendu dans un rêve cette nuit!)

 

Chapeaux marquants et réponses fragiles,

Voici l’automne en son linceul,

Vent de saison aux nuages agiles,

Le jour ici se sent bien seul.

 

Bateaux amarrés, étrange lumière,

Pensive elle regarde la mer,

Grisaille au-devant, la brume derrière,

Les vagues grises sont amères.

 

Mystérieuse silhouette sans visage,

Face à l’horizon si confus,

Chrysanthèmes, trouble et troublant paysage,

Le crépuscule semble à l’affût.

 

Piano, notes d’ivoire noires et blanches,

Silice, silencieux coquillages,

Les vagues en ribambelles là se déhanchent,

Hyalines fragrances d’un maquillage.

 

Sur le quai, Pénélope qui attend,

L’océan se plisse et s’étire,

Tout là-bas, il est cinq non-partants,

Le temps s’en vient nous dévêtir.

 

De longs cheveux mêlés et démêlés,

La ville qui s’éveille dans l’ombre,

Comme un tricot, aux mailles emmêlées,

Les aiguilles ne font pas le nombre.

 

Un violon, soies de crin bien usées,

Sa mélodie si sensuelle,

Sur le lointain ce regard médusé,

En ces heures inhabituelles.

 

Douce Geisha en la feuillaison,

Sous la pluie lessivant la grève,

Délicats reflets de sa véraison,

      Les augures dessinent son rêve.

 

Reviendra-t-il un jour lui si lointain,

A rebours de ses pas d’avant,

Là surgissant de l’aube un beau matin,

Passager sur son passavant.

(22/11/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 21:12

 

 

Ils ne voient que vos rides,

Que vos heures là passées,

Charnel éphéméride

De ces jours dépassés.

 

Tant de feuilles sont mortes,

Tant de gens sont partis,

Ces instants de toutes sortes,

Autrefois impartis.

 

Quand bien même de naguère

Les années trépassées,

Jours de paix jours de guerre,

Vous voici exhaussée.

 

Car le temps lui a su

Lentement dessiner,

Ce si bel aperçu

De votre âge embruiné.

 

Il n’est pas de vieillesse

Quand les yeux disent encore,

Ni rideau qui se baisse

Quand le cœur clame au corps.

 

Peu importe l’usure

La fatigue et le temps,

Il n’est point de mesure

Pour un cœur palpitant.

 

Si femme et désirée,

Si belle de vos heures,

Je ne peux qu’admirer

Votre charme rieur.

 

Vous encore sensuelle

Quand bien d’autres s’éteignent,

En ces heures virtuelles

De leur fin qu’elles atteignent.

 

Ils ne voient que vos rides

Quand je baye votre charme,

Un désir si torride 

Qui pour vous ne désarme.

(16/11/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 12:51

Cet article est stupide mais je me dois de faire une mise au point comme suite à une réaction plus que désobligeante au sujet de mon précédent poème, d'autant plus que cette personne me discrédite sur ses blogs en citant nomement le mien comme site pornographique!

Chacun ressent les mots et la vie comme bon lui semble, mais pour autant n'est en droit de juger  une création quelle qu'elle soit de façon superficielle...je n'oblige personne à me lire; certes l'imterprétation d'un texte est de fait dès qu'il est soumis à un oeil  étranger, mais les raccourcis sont trop faciles parfois!

Je n'ai pas à me justifier sur mes écrits tant que je ne porte atteinte à la liberté de l'autre comme définie par  la constitution et aux lois de mon pays... ni même à ma morale.

Que des mots insanes puissent choquer, soit! Mais les mots n'ont de sens que dans une phrase, un contexe, une pensée, une émotion... une métaphore. Aucun vocable ne peut être seul, départi de tout, sinon dans un dictionnaire :-)

Je peux aussi comprendre que mes écrits soient difficiles à comprendre du fait de nombreuses métaphores absconses et d'un vocabuliare obsolète...mais on ne change pas un homme....

Voià, que mes textes dérangent je peux le comprendre, que l'on me désigne comme vulgaire ou pornocrate  en réaction à leur lecture ... et bien je revendique cela....

Quand je n'aime pas quelque chose, je ne le fréquente pas et ne vais pas le reprocher à celui qui en est l'auteur... je n'ai aucune prétention littéraire, j'aime écrir, ici j'ai quelques fidèles qui me lisent m'apprécient et m'encouragent, qui  ressentent ce que j'éprouve et ne chechent pas à me juger et de nouveau je les en remercie... s'il avait fallu condamner tous ceux et celles qui ont utilisé des mots dit insanes dans la littérature le théatre et le cinéma beaucoup d'oeuvres ne seraient pas... ne seraient plus.

Cette personne s'est complue à me salir,  j'ai préféré ne plus mettre ses commentaires car  je n'ai pas envie d'une polémique stupide et vaine, le monde est déjà assez  cruel au quotidien pour en rajouter!

Nul ne vous oblige à me lire... ni à apprécier ce que je traduis.

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 09:59

 

(Commences lecture à la 19ème seconde de musique)    

La nuit est une putain

Qui se donne à Morphée,

Une ribaude une catin

Dont le lit se défait.

 

Elle est une infidèle,

Retorse et sans pudeur,

Bien peu se méfient d’elle,

Rêvant son impudeur.

 

Se donnant aux démons,

Malins de l’intérieur,

Grands faiseurs de sermons,

Sarcastiques et rieurs.

 

Si d’aucuns la possèdent,

D’autres souvent la pleurent,

Espérant qu’elle leur cède,

Quand son sein les effleure.

 

Au lieu que de silence,

La voici de murmures,

De sourds martels qui dansent

Et s'aheurtent aux murs.

 

Elle n’est point un amour,

Ni prémices d’une noce,

Moins l’amante d’un jour,

Qu'un chagrin si précoce.

 

Provocante fille de joie,

Si souvent elle attriste,

De rappels rabat-joie,

Nous assaille, nous contriste.

 

L’on attend sa caresse,

Elle nous montre ses griffes,

Là fuyante maîtresse,

Aux sourires apocryphes.

 

La nuit est une garce

Qui se donne à certains,

Qui s’habille sans grâce

      Quand s’en vient le matin.

(15/11/2013...la nuit)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 17:05

 

En soi chercher les mots,

Ceux jamais énoncés,

Les vouloir les plus beaux,

Pour vous, les prononcer .

 

Ceux, qui disent l’amour,

Qui le chantent et le pleurent,

Qui vibrent sans détours,

Nous racontent nos heurs.

 

Les choisir, les parer,

Noms, verbes et adjectifs,

Ensemble les amarrer,

Ivres, libres et captifs.

 

Lentement les lâcher,

Les uns après les autres,

Doucement détachés,

Grains de blé, grains d’épeautre.

 

De phrases murmurées,

Si douces et caressantes,

Au propre, au figuré,

Paroles renaissantes.

 

Par eux vous effleurer,

Le cœur, l’âme et la peau,

Mots à rire, à pleurer,

Affleurants à-propos.

 

Emus et ânonnés,

Dans l’écrin du silence,

A peine bâillonnés,

Péremptoires d’insolence.

 

En moi trouver les mots,

Ceux jamais épelés,

Vous les offrir si beaux,

Tels des fruits à peler.

 

De mots vous embrasser,

Là, au plus près du cœur,

Avec eux, vous enlacer,

      Par leur chant, en leur chœur.

 (09/10/2013)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article