Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 23:13

Des ombres déchirées

Les lambeaux de la nuit,

Sous ce sombre étiré

Ci le jour s’est enfuit.

 

Dans la marche immobile,

Des arbres dénudés,

Les nues noires et labiles,

S’en viennent s’éluder.

 

Souffle la corne du vent,

Notes froides nocturnes,

Qui vont là s’élevant,

En ces cieux taciturnes.

 

Au loin la confusion

Du ciel et de la terre,

L’horizon en fusion,

S’estompe et puis s’enterre.

 

Gris cimetière des âmes,

Sur les ruines du passé,

Oyez donc gentes dames,

Ces instants dépassés.

 

Canidés silencieux,

Lointaines caravanes,

Quand défilent les cieux

Les ombres s’y pavanent.

(12/05/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 14:14

Les vents épiques de l’histoire,

Pourpres rivières du temps,

Quand s’unissent le rouge et le noir,

Aux carrefours hésitants.

 

Orages et carmines averses,

Les tempêtes célestes,

C’est le sang dans la pluie que l’on verse,

Rien ne vit, rien ne reste.

 

Les longues oriflammes des âges,

Les victoires oubliées,

Les colères de baves et de rages,

Alertes et publiées.

 

Les sublimes aurores de la vie,

Chamades animales,

Les âmes s’emplissant de l’envie,

En les heures matinales.

 

Nina, Pinta, santa Maria,

Ainsi s’ouvre le monde,

Sonne l’Ave Maria,

Quand rugissent les bêtes immondes.

 

Fleur de lumière Nagasaki,

Le baiser du soleil,

Car ici-bas rien n’est acquis

Aux grandes heures du sommeil.

 

Portée par les vents de l’histoire,

Que vogue la galère,

Rien jamais n’est blanc ni n’est noir

Quand le gris embrume l'air.

(01/05/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 12:00

O combien sont courtes ses ailes,

Quand bien même son ramage,

Cet oiseau tout entier de son zèle

Lissant seul son plumage.

 

Il est le temps, celui des êtres,

Le nôtre circonscrit,

En l’infini le millimètre,

Celui que l’on inscrit.

 

Dans l’intangible du néant,

L’esquisse d’une seconde,

Entre les pas de ce géant,

S’agite notre monde.

 

Petit bruissement dans le silence,

Perdu en l’infini,

La voie lactée glisse sa dance,

Laiteuse  indéfinie.

 

Qu’importe le temps et les âges,

Quand les êtres ne sont plus,

Toutes les senteurs et les images,

Si là la vie n’est plus.

 

Rien n’est ci bas s’il ne perdure,

Ni les corps, ni les âmes,

Nul ici-bas jamais ne dure,

Ni les hommes, ni les femmes.

 

Quand seront les heures des poussières,

Ces instants éternels,

Les plaintes, les nénies, les prières,

Deviendront ritournelles.

(01/05/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 17:02

La vie, l’étant, la mort,

Les souvenirs d’antan,

Les chagrins les remords,

Aimer à tous les temps.

 

La haine et la vengeance,

Les baisers, les sourires,

Les refus, l’allégeance,

Les larmes et les rires.

 

Les coups et les étreintes,

Les combats, les ballets,

La douleur qui éreinte,

Les victimes étalées.

 

L’enfance et la vieillesse,

Les rivières qui s’écoulent,

Les fêtes, les foules en liesse,

Les nuits qui se déroulent.

 

Les promesses, les mensonges,

Les gloires et déchéances,

Les longues nuits sans songes,

L'outrage, la bienséance.

 

Les plaies et les caresses,

La liturgie des âmes,

Les offices et les messes,

Le lamento des femmes.

 

Le temps, le temps qui passe,

Les orbites célestes,

Le haut vol d’un rapace,

Silencieux et si leste.

 

Les automnes empourprés,

Les nuages qui défilent,

L'herbe grasse dans les près,

Les fourmis à la file.

 

Les périodes et les âges,

Le silence du passé,

Les ombres et leurs ramages,

Les cuivres damassés.

 

Vanité, vanité,

Des choses et des êtres,

Car de l’éternité,

Ci nul ne pourra l'être.

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans poèsie
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 14:06

(Comme toujours lisez en musique)

Je voudrais ton sourire,

Ton regard tout autant,

Cet éclat d’où se mire,

Cette image de l’instant.

 

Tes lèvres si charnelles,

Leur ourlet si brillant,

Ta jeunesse éternelle,

Son soleil souriant.

 

Dans cette robe noire,

Ce fourreau de dentelle,

Est ton corps et sa moire,

En sa belle arantèle.

 

Ce dessin d’un visage,

D’une femme, d’une enfant,

Qui parait n’avoir d’âge,

Tel celui d’un infant.

 

Comme bercée par les dieux

Ci parée de leurs dons,

Ton regard délicieux,

Aux reflets céladon.

 

Tes courbes sensuelles

Parfaitement dessinées,

Leur mouvance irréelle,

Me venant lanciner.

 

Andalouse des rêves

Aux cheveux de lumière,

Tel un jour qui se lève,

Par-dessus la bruyère.

(25/04/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 22:21

(Lisez en musique)

La longue promenade du temps,

Des êtres et de choses,

La pluie, le vent d’Autan,

Le soleil qui se pose.

 

Qu’est-il de nous vraiment,

En ce si long parcourt ?

Des cent trois éléments,

S’accouplant tour à tour.

 

La longue histoire du monde,

En l’infini des jours,

Sur la planète ronde,

Qui tourne sans détour.

 

Là, les traces de certains,

L’anonymat des autres,

La vie, qui ci s’éteint,

Pour que la mort s’y vautre.

 

Une longue addition,

Des êtres en file indienne,

L’étrange composition,

Des ombres quotidiennes.

 

Hier, aujourd’hui, demain,

Intervalle si petit,

Dessus ce grand chemin,

Dessous nos confettis.

 

Vanité des orgueils,

Des pensées moribondes,

Au-delà du cercueil,

C’est le vide qui abonde.

 

Quand plus rien ne sera,

Ni la terre, ni le ciel,

L’infini glissera,

Sur son noir arc en ciel.

(24/04/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans poésies
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 22:06

(Ecoutez la musique en lisant)

L’attente, de vos mots cette attente,

Si longue, interminable,

Dans des secondes lourdes et lentes,

Pesantes et innombrables.

 

Ces heures qui s’emplissent et se vident

En la noria du temps,

S’écoulent lentes et livides

En celui qui attend.

 

Au-dedans, si profond, l’étau,

Cette poigne qui serre,

L’étreinte imposant ce véto,

Ce véto qui enserre.

 

Des mots, des mots si caressants,

Qui font naître l’émoi,

Des mots lumière, phosphorescents,

Qui éclairent en moi.

 

Paroles quelconques mais si belles,

Qui redonnent la vie,

Qui dansent et l’entrainent ribambelle,

Ribambelle de l’envie.

 

L’attente, l’attente et son antienne,

Son lamento silencieux,

Comme des vagues qui vont et reviennent

Sous le gris d’un ciel ingracieux.

 

Telle des notes, notes qui se répètent,

Bourdon qui sonne las,

Qui bourdonne résonne et tempête,

Sonnant là tel un glas.

 

L’attente de vous, de vos mots,

Si lourde, interminable,

En ces si longs instants jumeaux,

Bourreaux irréfragables.

(05/04/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 22:30

(Attendez pour lire que commence le piano)

Par les mots dessiner,

Epouser leur contour,

De lumière bassiner

Leur reflet dans le jour.

 

De pleins et déliés

Sur un papier glacé,

Par une encre éliée

Recopier leur tracé.

 

Sensuelles et si belles

Brillantes de rosée,

Purpurines mirabelles

De soleil arrosées.

 

Telle un fruit si sucré,

Charnue, gorgée de miel,

Bouche pulpeuse et nacrée,

Ourlée d'un arc en ciel.

 

Avatar d’un baiser

D’un instant de silence,

Dans un monde apaisé,

De douceur, d’indolence.

 

Par leur chair, si troublantes,

Leur dessin épuré,

Ses lèvres alliciantes,

Paraissent figurées.

 

Une femme, une enfant,

Incroyablement douce,

En ce jour triomphant,

Qui l’élève et se pousse.

 

Il n’est plus que sa bouche,

Que l’éclat de ses yeux,

Que son ombre qui se couche,

Dans l'instant compendieux.

(20/03/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 22:12

(Lisez en musique)

Si léger, le souffle du vent,

Dans le ciel le cri de la buse,

Tout là-haut en son tournoiement,

L’oiseau qui danse et qui s’amuse.

 

Tapis pourpre et jaune de l’automne,

Le bruit des feuilles sous les pas,

Etrange paysage monotone,

Fin d’une saison en son trépas.

 

Les babils d’une rivière qui court,

La mousse aux lèvres et postillons,

Dedans son lit sa chasse à courre,

Les rives s'aheurtent aux tourbillons.

 

Un contrevent qui bat et cogne,

Qui se répète en sa cymbale,

Sur l’horizon qui se rencogne,

Les nues qui courent semblent être au bal.

 

Un aboiement venu d’ailleurs,

Un chien galeux là quelque part,

L’écho répond en aboyeur,

D’autres s’en mêlent de toutes parts.

 

Un triste sire en plumes sombres,

Son bec est noir et il croasse,

Son envergure parait une ombre,

Quand il s’envole et se déplace.

 

Les chuchotis et les messes basses,

Qui s’interpellent et se répondent,

Dans le silence du temps qui passe,

Sont les murmures de notre monde.

(13/03/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 13:06

(Lisez en musique cela renforce la musicalité des mots)

Quand la couleur s’étale

Sur le ciel se délave,

S’étend sur cet étal

Lente fluente lave.

 

Quand les pourpres s’emmêlent

S’estompant en le sombre,

Crépuscule qui s’y mêle

Là dessinant son ombre.

 

De lourds lavis étranges

S’écoulant sur le ciel,

Noirs et rouges se mélangent,

Boréal arc-en-ciel.

 

La nuit, encre de Chine

Se dessine en contrastes,

Sur le jour qui s’échine

Délaissé par son astre.

 

Volutes et tourbillons

Qui lentement se meuvent,

Orangers vermillon,

Qui mais plus là ne peuvent.

 

La nuit telle un marais,

Si lente glisse et bouge,

Semblant s’être amarrée,

Son ombre se mêle aux rouges.

 

Comme un lointain navire,

Parti vers l’horizon,

Le jour au loin chavire,

Derrière sa paraison.

(07/03/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article