Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 19:41

Lente, c’est une eau qui coule,

Si froide et intérieure,

Un chagrin qui s’écoule,

Douleur venue d’ailleurs.

 

Larmes salées et amères

S’étalant au-dedans,

Ces vagues d’une étrange mer

Aux reflux redondants.

 

L’attente en horizon

D’un astre disparu,

D’un soleil de saison

Au temps des écourues.

 

Une route, infinie,

Qui se trace et se perd,

Si longue indéfinie,

Dans cet autre repère.

 

Une silhouette, une ombre,

Déjà un souvenir,

Qui dans le passé sombre

Pour ne plus revenir.

 

Nuit et jour confondus

Dans ce temps équanime,

En ces heures distendues

Que leur lenteur anime.

 

Quand l’hier semble si loin,

Son sourire effacé,

Qu’il n’est plus qu’un seul point

Sur l’aujourd’hui passé.

 

Rester en la demeure,

Esseulé sans bouger,

Quand le volcan se meurt

Se voyant trop âgé.

 

Une rivière qui s’assèche,

Une autre qui grandit,

Ces larmes ci qui sèchent

Quand ce cœur se froidit.

(23/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 17:57

Là-haut, les cieux semblent s’enfuir

Alors que filent les nues,

Le vent les poussant à le fuir

Sans aucune retenue.

 

Etrange instant de la journée

Où le jour s’assombrit,

Nous semblant alors ajourné,

Ci cherchant un abri.

 

Marée céleste aux vagues grises

S’avançant dans les terres,

Crépuscule d’un ciel qui se grise

Dedans ce soir qui l’enterre.

 

C’est le temps qui se précipite,

Courant vers son Nadir,

Quand la nuit en son incipit

Ne demande qu’à grandir.

 

Lame des vagues et vague à l’âme,

Là s’étend la pénombre,

Avançant à grands coup de rames

Sa sombreur et son ombre.

 

Le jour, par devers l’horizon,

S’est éteint pour gésir,

Comme vaincu par la trahison,

De son obscur désir.

 

Voilà donc tombé le linceul

Sur l’hier qui ci-gît,

Les âmes et les êtres sont bien seuls

Quand la sorgue là surgit.

 

Il n’est plus que le vent qui chante,

Hululant l’apeurance,

Douloureux tourment qui nous hante

Etalant sa souffrance.

 

Les monstres sortent des têtes et des bois,

S’égaillent en les pensées,

Les voyageurs sont aux abois,

Dans leurs peurs insensées.

 

Plus rien, plus rien n’est, rien n’est plus,

Le ciel semble si las,

Dans Carribe, la nuit s’est complu,

Demain n’est encore là.

(22/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 20:53

Ne plus savoir qui l’on est

Car tout entier de l’autre,

Perdu dans la journée

Comme un christ sans apôtres.

 

Ne plus savoir penser

Dans la vague d’un refrain,

L'angor venant danser

Sans arrêt ni de frein.

 

Le martel d’une chamade,

Qui pulse lancinante,

Sa migraine nomade

Pulsation dominante.

 

Dans les nuits sans sommeil,

Le ballet des images,

Des instants qui sommeillent

Devenant des mirages.

 

Cette angoisse étouffante

Des demains improbables,

S’immisçant par les fentes

Des pensées innommables.

 

Animal pris au piège,

Qui se débat en vain,

S’endormant dans la neige

D'un profond ci ravin.

 

D’amour contaminé,

Se mourant lentement,

Par la fièvre là miné

Laminé en l'aimant.

 

Si malade d’amor,

Consomption qui ravage,

Ce chien loup qui vous mord

Et vous donne la rage.

 

C’est un vent qui entête

Une chanson sans couplet,

Un refrain dans la tête,

A votre âme accouplé.

(20/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 19:23

Aimer à en crever,

A en vouloir mourir,

Ne pas s’en relever

Se laisser là pourrir.

 

N’être pas et plus rien,

Invisible et mortel,

Cadavre et vaurien

Sous les coups du martel.

 

S’arracher vif le cœur

D’une folle violence,

Sans colère ni rancœur

Le percer d’une lance.

 

Laisser le sang jaillir

S’étaler sur le sol,

Sans jamais défaillir,

Dans l’instant qui s’immole.

 

Lentement se vider

De sa vie, de son sang,

Voir ci se dévider

La bobine en dansant.

 

Laisser couler ses larmes,

Pleurs tièdes et rougissants,

Enfin baisser les armes

Sans ces cris mugissants.

 

Holocauste de soi

Catharsis si douce,

Cadeau que l’on reçoit,

Dessous la lune rousse.

 

Ne plus vouloir demain,

Tant ce jour ci vous pèse,

Au diable les lendemains

Quand rien ne vous apaise.

 

Fermer enfin les yeux

Rougis, de sang fardés,

Sans un dernier adieu,

Ne pas s'y s'attarder.

 

Aimer à en mourir,

A vouloir en crever,

Se laisser là pourrir

Ne plus se relever.

(19/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 16:06

Comme une longue attente, un silence,

Un instant sans saveur,

Continue migraine qui élance

Nous offrant ses faveurs.

 

Chemins qui se croisent, et s’éloignent,

Parallèles impossibles,

Destinées ci nullement compagnes

Aux lointains amissibles.

 

Un jour sans soleil, nuit sans lune,

Aux heures interminables,

Une plage étouffant dans les dunes,

Sinistre abominable.

 

L’instant qui perdure et se traine,

Qui oppresse et angoisse,

La vague noire qui là vous entraine

Dans l’instant qui vous lasse.

 

D’hier les images et pensées

Aux couleurs chamarrées,

Les chamades si belles insensées

Dans les cœurs amarrées.

 

Il n’est plus de mots, de sourire,

De frissons dans le cœur,

Des éclats vivants de son rire,

Lors des instants moqueurs.

 

Une attente sans fin, éternelle,

Son ivresse malsaine,

Vanité de ses heures nouvelles

Que le temps vous assène.

 

Cet autre chemin, de traverse,

Qui se dessine meilleur ,

Sous un ciel serein, sans averse,

Vers d’autres jours ailleurs.

 

Il n’est sur l’horizon lointain

Qu’une ligne tracée,

Le reflet d’un miroir sans tain

D’une image effacée.

 

Comme une plage vide, sans l’océan,

Un désert disgracieux,

Un endroit livide, malséant,

Sahara silencieux.

(19/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 09:34

La voici qui s’approche,

Déliée et gracieuse,

Si lointaine et si proche,

Délicate insoucieuse.

 

Un sourire, élégante,

Joliment découplée,

Délicieuse, avenante,

Au soleil accouplée.

 

La passante du temps,

Devant elle qui s’arrête,

Toute entière de l’instant

De l’instant qu’elle sécrète.

 

Sa fine silhouette,

Autrement différente,

La lumière qui l’apprête

Belle douce amarante.

 

Interdit l’on se tait

Fasciné par l’image,

Du soleil de l’été

Lui rendant son hommage.

 

Sous ses traits juvéniles

Se dessine une femme,

Une femme nubile

Qui bouleverse notre âme.

 

Une présence, un instant,

Qui se forment et se fondent,

L’émotion et le temps,

En l’instant se confondent.

 

La voici qui s’éloigne,

Déliée et gracieuse,

Cette bulle de champagne,

Délicate et délicieuse.

(14/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 18:50

La senteur de l’instant,

Ses fragrances si belles,

Les frissons insistants,

Inhérents et rebelles.

 

Là, l’éclat de son rire

De sa douce jeunesse,

Le dessin d’un sourire

Tout empli d’allégresse.

 

Si femme et plus encore,

Sensuelle et troublante,

Effaçant le décor,

De façon nonchalante.

 

Son insigne beauté

Unique et sans pareille,

Par les dieux cadeautée

D’un reflet de soleil.

 

Une aurore inconnue

Et son aube nouvelle,

S’éveillant là ténue

En la nuit qu’elle tavelle.

 

C’est le temps qui s’arrête

Une vie qui commence,

Intérieure et discrète

Une intime romance.

 

Elle est là souriante,

Si belle de ce qu’elle est,

Féminine élégante,

Subliment décalée.

 

De mots il n’est pas

Ni de comparaison,

Tant sont là ses appas

Bien plus que de raison.

 

La douceur de l’instant,

Sa flagrance rebelle,

Des frissons persistants

L’émotion si nouvelle.

(13/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 12:28

La douleur délicieuse

De cet instant-là,

Délicate et gracieuse

Nouant ses entrelacs.

 

Aimer sans le savoir,

Sans pouvoir se le dire,

Entier de nonchaloir

A vouloir s’étourdir.

 

Aimer dans le silence,

Spectateur interdit,

Frappé de nonchalance

Complétement étourdi.

 

Fasciné de l’instant,

De sa grâce, de son charme,

Si bellement existants

Reflétés par les larmes.

 

Une si belle complétude,

Un ensemble indicible,

Le dessin d’une étude

D’un parfait impossible.

 

Se taire et regarder,

S’emplir de l’émotion,

En soi la sauvegarder

Sublime complétion.

 

Ne plus vouloir le temps

Le fuir et l’oublier,

Se figer en l’instant

En soi le publier.

 

S’enivrer de l’ivresse,

De cet esprit devin,

De sa douce caresse,

Dans ce moment divin.

 

Aimer sans ne rien dire,

Souffrir délicieusement,

Sans jamais se dédire,

Aimer amoureusement.

(13/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 21:54

Syllabes et phonèmes,

S’épelle son prénom,

Vocable que l’on aime,

Que dire d’autre sinon ?

 

Quelques lettres, quelques sons

Qui résonnent en nous,

Délicieuse chanson

Où ces lettres se nouent.

 

Une antienne, un refrain

Le murmure d’une prière,

L’émotion d’un chagrin

D’aujourd’hui et d’hier.

 

Où va-t-elle si loin

Quand bien même est elle là ?

Là si trouble témoin

D’un nouvel au-delà.

 

Sur nos lèvres son nom,

Doucement épelé,

Chuchotis d’un prénom

Comme voulant l’appeler.

 

Dans la tête ces sons,

Signifiant signifié,

Musical unisson,

Stupéfiant stupéfié.

 

Une plainte, un appel,

Une supplique discrète,

D’un prénom qui rappelle,

Ces chamades secrètes.

 

Lamento et complainte,

Dont l’écho se répète,

Le parfum d’une absinthe

D’une absence complète.

 

Un prénom, une image,

L’émotion d’un instant,

D’une lumière, d’un orage,

Eclatants et distants.

(12/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 18:09

(Désolé pour la publicité au debut du morceau)

Ses lèvres, sa bouche, si bellement dessinées,

Ces doux fruits de chair, de sang et de miel,

Colorées de leur fard, rouge destinée,

Baies purpurines et gourmandes de soleil.

 

Prémices d’un baiser, d’un instant d’ailleurs,

De ceux, si rares, qui arrêtent le temps,

Ce temps qui passe, bien si souvent railleur,

De nos amours, de nos émois d’antan.

 

Elles sont chamade émotion et désir,

Fantasme, rêve, douce improbabilité,

Telle une fleur, que l’on ne pourrait cueillir

Paralysé par l’immobilité.

 

Lèvres que l’on mord la nuit dans une venelle,

Que l’on savoure d’un langoureux baiser,

Qui ont ce parfum, fragrances charnelles,

Lèvres, dont la saveur semble tout apaiser.

 

Ce baiser qui n'est pas ni ne sera,

Que l'on attend là tout entier de lui

Qui sur nos lèvres jamais ne dansera,

Baiser que l'on attend et qui nous fuit.

 

Sa bouche, sa bouche, à d'autres destinée,

Ces doux fruits de sang, de chair et de miel,

Si bellement colorées et dessinées,

Baies purpurines gourmandes et sans pareilles.

(08/06/2015)

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article