Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 11:25

 

 

Comme un point immobile,

 Infime et si ténu,

Sur ce lointain labile,

Y semble retenu.

 

Posé sur le couchant

Obscur grain de beauté,

A peine se détachant,

De l’onde abricotée.

 

Parti sans prévenir,

Porté par la marée,

En l’instant à-venir,

Parait s’être amarré.

 

Sur le sable durci,

L’écume mousse puis se pose,

Cherchant le raccourci,

Les vagues la déposent.

 

Lente, la brune s’en vient,

Lors dévoile son ombre,

De ce lent va et vient,

Elle efface l’encombre.

 

Il semble ne point bouger,

Par les reflets enceint,

De la lune engagée,

Engageant son dessein.

 

Là-bas est son destin,

A l'ailleurs se destine,

Sans même clandestin,

Sur le pont qui festine.

 

La chevelure au vent,

Et l’étrave qui tranche,

S’éloigne du levant,

L’étrange dame blanche.

 

L’azur est en ses yeux

Quand bien même la nuit,

S'y fondant sans adieu,

Sans adieu elle s’enfuit.

 

Reviendra-t-il un jour,

Toutes voiles dehors,

A la tombée du jour,

En l’approche du port ?   

 

 

  (27/09/2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

valdy 29/09/2011 19:56



C'est toujours enrichissant de revenir chez vous Johan, même si "vous vous appellez mélancolie" -la chanson de Joe Dassin .. En effet, je n'écoute jamais la musique en même temps que je vous lis (je sais, vous écrivez casque sur la tête ...) donc, lorsque je reviens chez vous, je découvre souvent de belles
oeuvres musicales ...


Voilà, Bisou, Valdy



Etsivousosiez 29/09/2011 20:02



Valdy... que répondre à cela, sinon à toujours me répéter, que j'espère toujours vous émouvoir par les mots pour recevoir en retour de si délicats éloges...


Vous me rendez écrivain en me lisant


Vous me rendez si vivant par votre regard



ceciliabulle-bulle-bulle 28/09/2011 10:16



une naissance ? une renaissance ? comme les voiliers qui vont et viennent, dont on ne tient pas la barre. Merci Johan.



Etsivousosiez 28/09/2011 11:11



Une fascination pour un magnifique voilier au loin sur une mer orangée par un soleil couchant


Merci à vous la Bulle



valdy 28/09/2011 09:41



Cette lente déchirure, cet au revoir infini et silencieux du marin, vous me l'avez fait ressentir, par votre belle écriture, et pourtant -la mer ne m'inspire que frayeur, pas de nostalgie ...


Le poète est d'abord visionnaire et j'ai vu, par vos yeux, le bateau,  grain de beauté obscur, dans le couchant. Très beau,


Valdy



Etsivousosiez 28/09/2011 11:10



Comme toujours vous me gâtez Valdy


Heureux que vous ayez pu voyager malgré votre peur


Je vous embrasse et remercie encore et encore



Fathia Nasr 27/09/2011 18:46



Les beaux jours reviendront et le soleil revient toujours, bisous.



Etsivousosiez 27/09/2011 19:06



Oui, il en va ainsi des saisons



Fathia Nasr 27/09/2011 18:27







Etsivousosiez 27/09/2011 18:42



Ici la saison se traîne comme refusant de laisser sa place...