Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 13:04

De la mort j’ai l’idée d’acceptable, ne la voyant plus comme l’ultime solution des détresses et déprimes, mais plutôt comme une échappatoire, une sortie de secours, une porte de service, qui me permettrait de tirer ma révérence, simplement, sans tralala, serviteur madame ! Serviteur !

Non pas une fuite, mais un accusé de réception à la vie et ses envoyeurs, une fin de non-recevoir, à l’instar d’un type gavé et repu, ou sans appétit, qui, à la fin de repas, refuse cordialement sa part de dessert... Non merci...je n’ai plus faim !

La nécessité, l’impérieuse envie de vivre ! Ce combat magnifique et loué, de celui qui s’accroche à la vie en toutes circonstances ! Méritoire combat, digne des éloges, sublime exemple et d’exemplarité... pourtant n’aurions-nous le droit de dire baste ! Stop ! Pouces ! Je n’agrée plus cela ! Je n’en veux plus... jouer ! Restez entre vous, gens de mauvaises volontés ! Ne vous préoccupez plus de moi, faites comme si ! Je déserte l’arène, vous laisse le combat des Horace contre les Curiace, et ma place, au fronton de la postérité !

Certes, je n’ai pas vu les pires horreurs, les vilénies extrêmes et abominables, les penser me suffit déjà ! Et puis je crois, il me semble, en avoir assez vu pour dire que le reste ne m’intéresse plus ! Mais ! Oui mais allez-vous me dire ! Mais il ya tant à éprouver de l’autre côté de l’ombre ! Tant de gens et d’émotions à côtoyer, de saveurs et de parfums inouïs et merveilleux, tant à partager donner et recevoir... certes répondrais-je laconiquement, certes... certes il est tant de choses inconnues à...connaître, reconnaître et découvrir, mais il est aussi d’autres choses en mémoire qui viennent bien vite oblitérer cela et me donnent envie de quitter le bal ! Le bal des malotrus !  Au bal des trous du cul je suis fatigué des enculades!

Le bien et le mal, indéfinis comparses, dont on ne sait qui est le mauvais reflet de l’autre, sinon par le consensus flou sur lequel nous nous accordons, que nous exhibons en référence, pour dire de vivre acceptablement, sans trop de discords et de mauvaise conscience... mais au vrai qui peut affirmer preuve en main qu’il détient la vérité des actes et pensées ? Qui peut se prévaloir de ce privilège, de cette certitude ? Qui peut se dire véritablement au dessus de tous et pouvoir asséner ce paradigme, cet axiome ?

Je n’ai plus l’envie de l’attendre ce messie, ce chantre du pardon, ni même d’embrasser mes bourreaux et encore moins le désir de tendre l’autre joue ! Laquelle d’ailleurs puisque les deux ont morflé ! Alors j’aimerais vous dire d’aller vous faire foutre ! Mais je suis trop bien élevé pour le faire... trop bien élevé comme si cela me grandissait d’aimer les autres et de chercher à les respecter !

Tu parles d’une connerie ! La vérité c’est qu’il faut ne vivre que pour soi, malaise pour malaise mieux vaut vomir d’opulence que de vomir l’estomac vide ! L’aigreur me semble moindre !

Bon, attendre le repas dominical ne me va pas je crois, car cela me fait écrire des horreurs...ou peut être des vérités que l’on ne veut pas entendre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Hécate 14/02/2012 19:18


Il m'a semblé évident de vous l'exprimer ici .


Certains thèmes suscitent des réactions .


                                                       
Bien à vous .


                                                                             
hécate


                                                              

Hécate 14/02/2012 18:47


La mort est la finalité de toute chair . Comment les artistes n'en auraient-ils pas été inspirés ? Il y a des complaisances ,mais ce n'est pas à cela que je fais allusion .Les substances qui
endorment la douleur peuvent aussi être une approche différente du sentiment ordinaire ...


La maladie dans mes jeunes années me l'a fait approcher de près ...Je n'ai jamais oublié ce "voyage "....Très loin du désespoir ...qui peut la faire appeler .


                                                                             
Bien votre


                                                                                               
H

Etsivousosiez 14/02/2012 19:06



Oui j'avais pris beaucoup d'antalgiques assez forts et de la morphine pour calmer une douleur assez terrible, et tout en étant conscient, je me suis dit que dans cet sorte de bien être physique,
l'esprit tourmenté par nombre démons, la mort  m'appaaraissait presque agréable en l'instant


Je clos ce chapitre qui m'a valu dispute verbale que je ne voulait pas :-)


Merci à vous d'y avoir apporté votre regard et vécu



Hécate 14/02/2012 17:47


L'idée du suicide aide à avancer quand le découragement accable . J'ai connu cela . J'ai un peu de temps et je lis chez vous ...Je n'ajoute pas plus ,vous avez eu sur ce cri là ,des avis
auquel le mien ne saurait rien ajouter sur un état d'être maintenant dépassé ...La mort est une consolation dans la détresse .Ce n'est pas une pause d'artiste !


                                                                                      
H

Etsivousosiez 14/02/2012 18:37



La mort pour celui qui la voit venir et enplus dans la souffrance ou déchéance est horrible, sale..mais ici je parlais d'autre chose et n'ai pas été compris par cette personne...l amort est
lamuse de tant d'oeuvres appréciées...l'art joue de tout et avec tout...et la mort a été sujet de chefs d'oeuvres, et son idée sublimée a troublé nombre d'entre nous,surtout lorsque l'on a été
trompé et que l'on prend des substances qui apaisent la chair.. mais bon  inutile de revenir ici pour une polémique gratuite et circonstanciée :-)



ceciliabulle-bulle-bulle 21/12/2011 20:17


une histoire comme bcp en connaissent : Un professeur d'une trentaine d'année s'est donné la mort parce qu'il était en colère après le monde entier.


Il laisse une femme et deux enfants en bas âge. Cette femme l'avait quitté quelques semaines plutôt n'en pouvant plus de cette colère. Il ne comprenait pas qu'elle rit avec ses enfants, qu'elle
chante.


Cette femme avait choisi la vie pour ses enfants et pour elle. Elle ne le quittait pas pour un autre.


Ce décès m'a profondément touché, non par la mort de ce monsieur en priorité, mais par cette femme qui va se trouver face à ses enfants chaque jour, face à leur questionnement sur papa, sur la
vie, sur maman qui voulait vivre et l'a quitté. Elle ne porte en rien la responsabilité de ce décès. Et pourtant chacun sait qu'à un certain âge de la vie les enfants peuvent interpréter
l'histoire de la mauvaise façon et en porter à jamais les stigmates.


On a toujours le choix, cette liberté après attention aux retombés, nous ne sommes pas seuls, ne soyons pas égoïstes...affrontons nos peurs, nous pouvons faire le choix de nous battre contre
elles.


bisous de la bulle

Etsivousosiez 21/12/2011 20:22



Je suis d'accord la bulle


Je ne fais pas l'apologie du suicide mai sj eme dis que parfois des êtres choissisent la mort parce que la vie ne les interesse plus...à petit feu  (alcool, drogues...) Ou alors par excès de
vie (lors des guerres)


Je sais que la mort n'est pas une solution,qu'il faut se battre, mais j'avoue avoir éprouvé dernièrement une sorte "d hebéatitude" (j'avais pris aussi antalgiques forts qui annhilaient la peur en
partie)), d'appel au repos, à ne plus penser, fréquenter les autres, certains autres qui salissent la vie au point qu'elle apparait  sale aussi


Merci la Bulle de vouloir échanger...vous donnez envie de vivre :-)



valdy 20/12/2011 12:40


Bonjour Johan,


Ce texte est tellement personnel qu'il m'est difficile d'y laisser un commentaire, cependant, je crois que nous avons le choix ... de voir ou non les "trous du cul" par exemple, de mourir aussi,
certes.


Qu'il y ait  panache ou désespoir, c'est effectivement la dernière des libertés.... Mais, mourir juste par dégoût de la vie, voilà qui m'afflige. A l'hôpital, j'ai vu des mourants
s'accrocher à des miettes de respiration, à des regards, et remporter de petites victoires sur la Mort. En septembre dernier, j'ai veillé seule un mourant inconnu durant quatre heures, une souche
avec les déjections d'un corps que j'ai essuyé, mais acharné à vivre encore quelques heures.. il m'a éblouie par sa conviction silencieuse et essoufflée que la vie est le choix, jusqu'au bout
.... par respect pour ceux qui la perdent à chaque instant .... la Vie


Valdy

Etsivousosiez 20/12/2011 12:47



Je sais cela Valdy je l'ai éprouvé en suivant jusqu'au bout la mère de mes amis d'enfance, simplement je voulais dire que, parfois, des gens partent plus par envie de quitter la vie que de
mourir, dans le sens ne plus voir ce qui s'y passe, n'en plus être complice ni spectateur, rien d'insultant, ni de provocateur dans me smots Valdy. je sais que l amort est souvent sublimée dans
le stextes, et que l'on s'accroche jusqu'à l'infime souflle... Il n'y a pas de volonté d'irrespect je vous l'assure, sinon vers ceux et celles qui salissent la vie...


Oui la vie est merveilleuse, mai sparfois à la regarder je me dis que tout empire, et que d'aucuns vantant les progrès cherchent aussi à masquer l'augmentation des souffrances pernicieuses de ce
monde... voilà


Désolé de vous avoir mise mal à l'aise, j epeux comprendre votre déception et colère, mais je le répète ce n'était qu'une réflexion sans désir de méchanceté, ni de blasphème


Johan