Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 20:42

Il est dur, avec le recul du temps et que j'ai pris, je sais que je suis allé trop loin dans les mots, et qu'elle me manquera quand elle partira à jamais.

 

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui ne plus l’aimer,

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui la renier.

 

Comme un enfant si apeuré,

Que sa maman ne comprenait,

Un petit homme tant égaré,

Dans cette vie si malmenée.

 

Il me souvient de sa jeunesse,

De sa beauté, de ses colères,

Quand elle chantait, sa joliesse,

Quand elle pleurait, sa vie galère.

 

Son inquiétude et ses misères,

Besoin d’amour et de sourires,

L’indifférence de sa mère

À l’instant même de mourir.

 

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui ne plus l’aimer,

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui la renier.

 

Si fragile et si forte,

Avide de l’amour,

Toujours entre deux portes,

Inquiète du désamour.

 

Présente et partagée,

Ici et là, sans cesse tiraillée,

Absente et ombragée,

N’ayant de cesse de batailler.

 

Ses mots câlins, ses mots cruels,

Accusations et confidences,

Reproches acerbes et mutuels,

Paroles douces et médisances.

 

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui ne plus l’aimer,

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui la renier.

 

A trop vouloir être aimée,

Elle n’a jamais su comment faire,

Se démenant, si mal-aimée,

Pour simplement, que ne défaire.

 

Pour elle, il ne bat plus,

Ce vieux cœur suppliant,

Si caché, si reclus,

Oublieux, oubliant.

 

Voulûment orphelin,

Naufragé volontaire,

Asséché du chagrin,

Du chagrin de l’amer.

 

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui ne plus l’aimer,

J’ai tant aimé ma mère,

Pour aujourd’hui la désaimer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

laetitia 26/09/2011 11:39



jai rien a dire apar un petit mots magnifik



Etsivousosiez 26/09/2011 11:45



Tu es adorable laetitia, tu vois quand je repense à ce premier cours il ya 2 ans et ta façon d'être, je n'aurais jamais imaginé qu'un jour tu viennes me lire ici :-)


L'important c'est que tu ressentes, que tu aies envie des mots... car ils sont nous, l'humanité et le partage


Bise à la maman



Dame Céleste 02/07/2011 18:16



oh c'est un poème bien dur : vous avez dû bien souffrir pour être amené à écrire ce texte !!!



Etsivousosiez 02/07/2011 18:23



C'est une addition de choses, toute une vie de famille, de déceptions, pas simple d'être parent, cette douleur ne fut pas violente patente, éclatante, mais discrète, continue, fruit des
contingences de la vie, des échecs... pas simple d'être parent, surtout à leur époque tourmentée...car peut être il sn'eurent, mes parents, pas de parents suffisants pour savoir les aimer....



valdy 30/06/2011 22:49



Il est terrible ce poème Johan. Mais il est beau par son sujet, les mots, le rythme. Tant de gens n'ont pas su donner simplement parce qu'ils n'avaient rien reçu...


Bisou,


Valdy



Etsivousosiez 30/06/2011 22:52



C'est exactement ça Valdy et ils sont si mal du manque d'amour d'avant qu'ils font du mal à ceux qui les aiment, sans le vouloir...


Je n'en veux pas à ma mère mais je devais l'écrire...


Je vous embrasse valdy si lectrice de moi et de mon âme



ceciliabulle-bulle-bulle 30/06/2011 22:29



la mère amer, la mère amour, la mère...le père...la mater, le pater ainsi appelions nous nos parents entre frères et soeurs à leur insu ;o)))))


il est beau ce poème. Etre père ou mère, pas si simple...



Etsivousosiez 30/06/2011 22:45



Oui pas simple...je le sais et redoute toujours de laisser traces douloureuses chez mes enfants


Là je regarde une serie sur 2ème guerre mondiale et mon père l'a faite...à 19 ans et je me dit que cela n'a pas du être facile en plus parachutiste et italien avec le fascisme et ensuite les
alliès...6 ans de guerre! cela a du changer sa vie et l e marquer à jamais...je connais aussi l'histoire douloureuse de m a mère enfant...de quoi faire un roman


alors je leur pardonne leurserreurs involontaires mais elles ont  tracé ma vie...et induitent ma fragilité


bise à Marie pleine de grace :-)