Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 20:29

P1020259a.JPG 

 

 

Elles passent les heures incomplètes,

Si pleines des autres pourtant,

Qui s’ensuivent et se complètent

Puis se meurent en s’ajoutant.

 

Si pleines de tout, sauf de toi,

Comme invalides du temps,

Elles vont, s'en vont de guingois,

Tant bien que mal en boitant.

 

Je les accepte, les supporte,

Et comme si de rien n’était,

Je leur entrouvre ma porte

Ne pouvant les arrêter.

 

Je triche et contrefais,

Leur donnant de l’importance,

Laissant croire en leur effet

Leur tire las ma révérence.

 

Mais il leur manque des secondes,

Des secondes longues et brèves,

Virevoltantes et vagabondes,

Vagabondes de leur trêve.

 

Et chaque jour elles passent,

Se déploient et s’éternisent,

En mon âme se prélassent,

Dans leur lente chalandise.

 

Elles ne sont qu’incomplétude,

Dans ce temps pesant qui traîne,

Qui entraine l’habitude,

L’habitude qui s’égrène.

 

Je te cherche dans l’intervalle,

Comme pour arrêter ce temps,

De l’amont jusqu’à l’aval,

Je te cherche à contretemps.

 

Elles passent les heures incomplètes,

Si vides de toi et de nous,

Qui s’ensuivent et se complètent,

Se détachent et puis se nouent.

 

 

(21/04/2001)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

valdy 22/04/2011 19:18



Quelle écriture... Quel ambassadeur des âmes en attente vous faîtes.


Valdy



Etsivousosiez 22/04/2011 19:20



Quel réconfort de lire ce commentaires...le doute est souvent là après l'instant de l'écriture...