Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 20:38

Je sais pas  marrant de lire cela  au premier jour des vacances :-), Promis je vais  faire un effort cet été, bien que je vais être pris par les travaux de ma SDB à finir!

 

 

E

coutez ! L’entendez-vous ? Non, j’en doute, pourtant il ronge et ronge, cela depuis toujours dans les recoins intérieurs, à l’abri des autres, et moi seul le sens, l’entends… il gratte.

Petit lorsque la nuit s’en venait et que le silence des sens apposait son voile obscur, alors je le sentais s’éveiller. Un grignotement ténu, inexplicable, loin au profond de la chair, difficile à situer, qui croissait dans l’attente du sommeil, attisant l’attention de ma juvénile inquiétude. Je ne savais ce que c’était, les yeux dans le vide sombre je restais ainsi à attendre sa signification, terrorisé par cette douleur inconnue mais si prégnante. A mes côtés, dans ce lit au matelas de laine bosselé, mon frère dormait à poings fermés tandis que les miens cherchaient à frapper cet ennemi intérieur qui se baladait en moi. Je me rapprochais doucement de mon aîné espérant une quelconque protection par ce seul contact effleuré, son souffle régulier me rassurant un peu. Mon pied froid touchait alors les siens, et j’imaginais une transfusion de force et de courage à son insu, afin d’affronter plus assurément ces ennemis ubiquitaires du jour et de la nuit.

En moi quelque chose remuait, inconnu, inquiétant, un envahisseur malin, insaisissable, immatériel mais si tangible pourtant. Mon esprit agacé par cet indicible malaise laissait défiler des images aux couleurs tourmentées, m’entraînant dans un scénario bien trop torturé pour une âme si fragile, si vulnérable. Je n’osais appeler, terrorisé par cette chose inexplicable, essayant, immobile, de la dissuader de sortir. Je priais, ex voto balbutiant à ce Dieu trop sévèrement dépeint et raconté.

Le jour dans l’effervescence de ma jeunesse et de la vie en croissance, il semblait ne plus être, mais parfois, entre deux secondes, quand mon esprit s’abstrayait de l’instant, alors je l’entendais remuer perceptiblement. Je retournais aussitôt à mon existence, mais ce n’était plus comme auparavant, car le doute s’était de nouveau installé, et déjà je redoutais la venue de la nuit et la survenue ostensible de son comparse cynique. J’abritais un compagnon de mauvaise augure, un passager clandestin de mon âme, et je ne pouvais le dire à personne car peut être était ce un démon que je nourrissais, alors à qui aurais je pu le confesser ? Dans le cœur des enfants il est des secrets honteux, des malédictions inavouables qu’ils traînent tout au long de leur vie ! Un péché sans explications qu’ils ne savent avouer, parce que souvent ils se sentent coupables d’un crime qu’ils n’ont jamais commis, ni même observé, mais qu’ils ressentent cependant. La honte originelle que des mots des silences ou des regards peuvent installer à jamais.

Il a grandi l’animal du dedans, cancer sans tumeur, sortant chaque nuit de sa tanière enfouie en moi pour se nourrir de mon âme apeurée, par petits lambeaux dépecés, tandis que je me tournais et retournais en quête du sommeil salvateur. Il me dévore de l’intérieur par petits bouts d’angoisse, vivant, sans que je le puisse arrêter. Il prolonge le supplice dans le silence interminable de la brune, me laissant épuisé au petit jour. Je repars alors dans ma vie avec l’âme sanguinolente et amoindrie, contrefaisant celui qui va bien pour donner le change à ceux qui disent n’abriter personne. Il fait bombance dans ces intervalles de temps lorsque l’esprit se coupe du quotidien, l’espace d’une pensée, entre deux mots, ou quand l’autre vous ignore, et que le regard cherche au lointain un appui, mais aussi lorsque la vie vous renvoie un écho dissonant de ce que vous avez cru être. C’est un prédateur affûté qui s’éveille au moindre doute et mord à pleines dents dans votre âme victime... victime expiatoire.

L’entendez vous déchiqueter au sein de mes entrailles ce qui fait ma raison ? Ressentez vous cette intime douleur qui se propage et me fait hurler  au-dedans ? Le rat de mon âme se repaît, parasite intelligent qui fait en sorte de ne point me détruire d’un coup, me laissant survivre pour pouvoir grossir un peu plus à mes dépens. Il ne sort plus que la nuit l’arrogant, n’a plus peur des bruits du quotidien et de la lumière des autres, il va et vient selon son bon vouloir, se promenant en moi, donnant çà et là ses coups de canines. Ne serais-je qu’une proie destinée à repaître un parasite déposé un jour par une génitrice en quête d’une nourrice pour des œufs à éclore? Est-ce lui qui est destiné à vivre et non moi ? Ne serais-je qu’un garde manger, à l’instar de ces insectes choisis pour devenir réceptacle et couveuse vivante pour des larves gourmandes ?

J’abrite un rat, un rat qui grossit plus chaque nuit, chaque jour, chaque instant. Un rat qui mastique mon âme et s’en nourrit, qui laisse glisser sa longue queue en ma chair les soirs de doute ! Un rat dont les petites pattes griffent et dépiautent mes viscères, entretenant un mal secret, imperceptible par autrui ! J’abrite depuis toujours un animal carnivore, que j’entends gratter au plus profond de mon intimité lorsque la nuit atténue puis estompe les bruits de la vie !

Une bête par la déception des autres nourrit...

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

ceciliabulle-bulle-bulle 01/07/2011 22:27



 Le locataire, jolie métaphore, pourquoi n'y ai je pas pensé ? un jour je l'aurai, je l'aurai ;o))))))))))))  Mon imagination s'est faite la malle, si vous la trouvez prière de me la
rapporter et non d'en faire un usage personnel ;o)))))))))))))))))))))



Etsivousosiez 01/07/2011 22:30



Promis je vous la rapporte en Bretagne en longeant la côté sans l'utiliser... trop précieuse :-)


Mais vous avez de la ressource la bulle... je le sais



ceciliabulle-bulle-bulle 01/07/2011 21:26



ayant l'esprit mutin, je voyais un tout autre locataire...de ce dernier, mon petit garçon de 8 ans fait connaissance...il est quelquefois bien embêtant ;o)))))))))



Etsivousosiez 01/07/2011 21:29



 égale à vous même


c'est cela que j'aime aussi (surtout?) en vous!



Dame Céleste 01/07/2011 20:58



les travaux de ma SDB ??? késako ???



Etsivousosiez 01/07/2011 21:11



salle de bain dame céleste rien  de mystérieux cela fait 3 ans que je la rénove le toit l'isolation les fenêtres le smurs le plafond là à finir sol tuyauterie et meubles plus douche...le
prof pas très riche a donc du apprendre à tout faire de lui même, donc petit budget et beaucoup de temps, mais cela devrait être beau à la fin :-)


 


PS: donc du texte vous n'aurez retenu que SDb sniff mon orgueil d'écrivain en prend un coup..vanité, tout n'est que vanité..fatalitas!