Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 20:28

Las, petitement, un jour se meurt,

De son ennui consubstantiel,

Lente agonie en la demeure,

En cet instant existentiel.

 

Etale son sang, là, se répand,

En l’univoque d’un arc en ciel,

De pourpres vifs en suspend,

Quand l’horizon enceint son ciel.

 

Pénible et longue fut sa traîne,

En l’apathie des heures qui passent,

Lancinante et cruelle peine,

De la langueur et de guerre lasse.

 

Il attend la nuit, son linceul,

Afin qu’il recouvre ses maux,

Qu’on le laisse alors, enfin seul,

Gisant, sous l’ombre des rameaux.

 

Livide, harassé et mourant,

Il voit venir son crépuscule,

Cet implacable, ce conquérant,

Obscur vainqueur qui le bouscule.

 

Impassible il attend sa fin,

Sans même se plaindre ni gémir,

Que là, sa mort s’en vienne enfin,

N’ayant de cesse de point frémir.

 

Bas, dans les cieux son sang se sèche,

Et la garance s’obscurcit,

Coagulant devenant rêche,

Puis dans le froid, il se durcit.

 

Le jour est mort dessous ce voile,

En les ténèbres de la nuit,

Sous cette voûte sans étoiles,

N’est que son âme qui lors s’enfuit.

(03/10/11)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

CECILIABULLE-BULLE-BULLE 03/10/2011 23:11



Magnifique (sans ironie) ... bel hommage à une pernicieuse (sans ironie)


Il est certain que vous la connaissez au plus près (sans ironie)


Ne la laissez pas sur cette victoire du jour (sans ironie).



Etsivousosiez 04/10/2011 11:46



Nul besoin de spécifier la Bull eje le sais que cela est sans ironie, je vou sconnais suffisamment


Oui il est des jours obscurs cat leur soleil est néfaste, et des nuits éclairées car des étoiles y scintillent si fortement qu'elles égalent  la lumière d'un soleil...


Je vous embrasse petillante étoile