Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 21:24

En la confusion des heures indécises,

Dans la traîne du jour disposées,

Le crépuscule hésite son incise,

Et se retient de l’apposer.

 

Elles y lambinent et s’y attardent,

Les vêpres semblant refuser,

Dedans cette lueur bâtarde,

Qu’elles s’obstinent à diffuser.

 

Égales et claires dans leur ciel,

Elles se traînent mollement,

Comme un invisible arc en ciel,

À l’unique scintillement.

 

Diversion de la nuit qu’elles repoussent,

Elles jouent sur le fil de l’horizon,

Puis étalent leur délicate housse,

Dessus leur ligne de flottaison.

 

Elles leurrent le jour et mentent à la nuit,

Dans cette trouble contrefaçon,

Sans lassement ni même d’ennui,

Ainsi, elles se prolongent sans façon.

 

Elles flânent dans une languide paresse,

Qui s’étire dans le jour fatigué,

Caravanes qui déclinent l’adresse,

Et se refusent à passer le gué.

 

Elles cheminent sans se voiler,

Insidieuses et si fières

En la flâne dévoilée,

De leur curieuse lumière.

 

Aux heures indivises de l’été,

Quand timide la brune se terre,

Par devers une étrange clarté,

De la nuit l’appel semble se taire.

 

Dans la lenteur de leur nitescence,

Elles vont enchéries,

Étalant leurs oranges essences,

Voiles d’empirie.

 

Quand le jour à la nuit s’adonne,

Aux heures imprécises,

L’aube au crépuscule pardonne,

Ses heures indécises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 28/04/2011 21:09



oh ça me plait bien ces heures indécises...mon esprit déjà...



Etsivousosiez 28/04/2011 21:13



Que vous dire après tant de compliments!


merci? c'est déjà fait...