Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 18:55

 

Elle a quitté le boulevard pour emprunter la rue piétonne et son revêtement pavé, pleine de gens qui vont et viennent, s’agglutinant devant les vitrines et aux terrasses des cafés. Il est midi à l’heure solaire, l’étroitesse de la voie la préserve un peu du soleil qui commence à taper dur, elle longe les façades où s’étale une faible marge d’ombre, le sol clair renvoyant un air chaud qui n’arrive à s’évacuer du goulot que forme la ruelle. Murielle a mis une jupe légère, blanche, froissée, descendant jusqu’aux genoux, et un maillot sans manche, en fil de coton, tricoté au crochet, qui laisse entrevoir à peine sa peau blanche au travers des mailles larges. Elle se sent allègre, aérienne, détachée de tout, presque belle. Parfois elle se regarde dans le reflet des vitrines, remontant ses lunettes de soleil en diadème sur ses cheveux.  Il y a bien longtemps qu’elle n’a plus eu cette forme de coquetterie, d’intérêt pour son image de femme, aujourd’hui elle apprécie sa quarantaine, la joliesse de ses mollets remontés par le petit talon de ses chaussures, et le galbe arrondi de ses épaules dans l’échancrure du débardeur. Elle  ressent l’instant comme le sien, sans poids, sans la pression d’une quelconque attente, consciente de chaque partie d’elle-même et de l’agencement parfait de chacune d’elle dans un tout qui la constitue et qui le ressent. Elle a le sentiment de s’inscrire parfaitement dans l’espace qui l’entoure, de s’y inclure et d’y évoluer sans frottement, sans ne rien bousculer. C’est une émotion singulière, qui devrait l’étonner, la surprendre, mais il n’en est rien, cela, au contraire, semble juste, adapté.

 Tout en regardant les sous-vêtements en vitrine d’un magasin spécialisé, chose que ne faisait jamais jusqu’alors, elle se revoit hier soir dans sa salle de bain, tandis que les enfants dormaient, le rasoir deux lames à la main, se demandant comment s’y prendre. Juste avant elle avait fait couler un bain, la buée s’était déposée partout dans la pièce pendant que l’eau chaude s’écoulait du robinet, et une sorte de brume résiduelle s’était mise à flotter autour d’elle et des meubles. Après s’être détendue puis lavée, elle avait passé son peignoir et s’était assise sur le rebord de la baignoire, face au miroir, restant ainsi un certain temps sans trop savoir que faire, regardant les ciseaux posés sur le meuble du lavabo à côté de la bombe de mousse et du rasoir jetable. Sans précipitation, avec des gestes souples, elle avait tout d’abord dénoué la ceinture de tissu éponge, et lentement écarté les genoux, prenant conscience du mouvement tout en cherchant son reflet dans le flou du miroir humide. Elle ne voulait rien précipiter, ne mettre aucun trouble ni émotion dans ce qu’elle allait entreprendre, mais le faire et en être spectatrice à la fois. Libres de toute retenue, les pans de la sortie de bain glissèrent peu à peu sur ses cuisses et les découvrirent. En détachant ses yeux du miroir, d’un lent mouvement du cou, Murielle put voir sa toison brune qui allait de son bas ventre jusque dans l’ombre de son pubis. Jamais elle ne s’était regardée ainsi. Elle se pencha alors et prit la petite paire de ciseaux de la main droite, puis par gestes brefs, la main gauche appuyée sur l’intérieur de sa jambe, elle se mit à tailler ses poils longs et frisés, avec précaution, sans trembler, jusqu’à qu’elle me puisse plus le faire sans risquer de se blesser.

 

 Cette lingerie est belle, peut être un peu provocante à son goût, et surtout faite pour un corps à la taille fine et aux seins généreux. Pourtant elle se risquerait presque à entrer dans le magasin, pour la voir de plus près, la toucher. L’essayer ? Pas encore, et peut être jamais, mais de s’y intéresser c’est déjà un grand pas. Quand elle eut fini de tailler les poils de son pubis, elle resta quelques temps à regarder ce sexe qu’elle ne connaissait pas, découvrant un peu son visage intime, et la ressemblance qu’il pouvait avoir d’avec ces caricatures qu’elle croyait voir sur l’écran. Cet instant de découverte et de familiarisation passé, elle agita la bombe aérosol, puis en exprima la mousse qu’elle déposa entre ses cuisses. Ce fut agréable, un mélange de froid et d’onctuosité, mêlé d’un amusement de transgression. Puis, délicatement, écartant les chairs et étalant les replis, elle se mit à raser les petites extrémités drues des poils qui dépassaient encore, rinçant régulièrement sous l’eau les lames du rasoir, afin qu’elles conservent toute son efficacité. Quand elle eut terminé cela, avec un gant de toilette mouillé à l’eau froide, elle ôta le reste de mousse qui lui souillait l’entrejambe. Tout au long de l’opération elle était restée concentrée, appliquée, pour ne pas risquer de se couper, et n’avait pas vraiment regardé. Son attention avait été opérationnelle, et nullement curieuse, malgré la nouveauté de ce qu’elle découvrait.

 

 Elle semble attentive aux ensembles de la vitrine, mais au vrai l’image de celle-ci se mêle et se perd dans celle du souvenir de la veille, il n’est que Murielle pour le savoir, les autres, là autour, ignorent totalement ce qu’elle est en train de vivre et où ce rituel va la conduire.

 

 L’incroyable fut qu’elle ne regarda pas directement le résultat, mais en chercha l’image brouillée sur le miroir qui lui faisait face, nimbé de buée, lui renvoyant sa silhouette floue dans cette pose incroyable et impudique. Elle aurait pu se découvrir en baissant de nouveau la tête, mais ne le fit pas, retenue par une décision inexplicable sur l’instant, mais si  certaine en elle. Il ne fallait pas aller outre, ce n’était pas encore le moment de voir, elle en était convaincue.

 

 Comme s’il n’y a plus rien à voir sur l’écran de cette vitrine, Murielle reprend son chemin, et quitte la rue piétonne, se dirigeant maintenant vers ce boulevard où se trouve le garage, et où, elle le sait, l’attend l’homme au bandana rouge. Elle a rendez-vous. Chaque pas la rapproche de l’instant dont elle ignore ce qu’il sera, aucune émotion ne la guide, ni ne la trouble étonnamment. Sous sa jupe elle ne porte rien, non pas qu’elle se soit préparée à un ébat, à du sexe, pas du tout, tout simplement parce qu’elle a pris conscience de cette partie d’elle, et que dans ce qu’il va se créer aujourd’hui il lui fallait venir ainsi. Dans quelques minutes elle saura pourquoi cela était nécessaire, forcément nécessaire. « Rasez-vous le sexe » était un préalable, rien d’autre, voilà pourquoi elle l’a fait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

sliding gate opener 12/11/2014 07:30

I am proud of your site, & interested. Our gate openers are available in sliding gate opener or optional solar power. The solar power is advantageous when there is an expensive cost in power connection.
Thanks.

John Smilek 05/11/2014 15:55

I am proud of your site, & interested. Our gate openers are available in gate opener
or optional solar power. The solar power is advantageous when there is an expensive cost in power connection.
Thanks

visit us 24/03/2014 10:32

This is one of the best blogs found in internet. Your blog is highly informative and entertaining. It is great privilege to refer this to my friends. Thanks for sharing this with us and keep posting more updates in your blog.

etsivousosiez 24/03/2014 12:39

Voilà un inattendu et surprenant commentaire. Moi qui aime tant notre langue me voici encouragé par l'étranger
Je ne sais que dire sinon merci tout en restant surpris

maryse 03/07/2013 09:30


Une belle métaphore sur l'Anima et l'Animus..
J'aime beaucoup. Merciiii . Maryse


 

Etsivousosiez 03/07/2013 12:53



Je vous envoie de suite la nouvelle, merci de ce soutien, je ne pensais pas qu'elle plairait autant 


Johan tendrment



Marie-Claude 01/02/2013 06:24


Il est vrai que sorti de son contexte  le texte paru m'a interpelé sur cette candeur exposée d'une femme de quarante ans ... qui n'aurait jamais regardé son sexe ... à l'heure actuelle cela
semble improbable, mais qui sait ?


amitié .

Etsivousosiez 01/02/2013 21:44



je ne pense pas que toutes les femmes le fassent de cette façon...  mais là c'est  un élément d'une nouvelle que je vais vous envoyer


merci encore