Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 18:13

Il n’est que silence et attente,

Plus aucun mot ni de murmures,

Les heures dès lors semblent si lentes,

Comme retenues par de grands murs.

 

La voici là telle une absente,

Une ombre floue, un souvenir,

Une image belle qui se fragmente,

Pour ne jamais plus  revenir.

 

C’est un grand vide, un noir néant,

Une longue chute qui ne s’arrête,

Profond ravin, un trou béant,

Qui vous avale par la tête.

 

Que des questions, sans de réponse,

De mots qui tournent et se répètent,

L’esprit s’affaisse et puis s’enfonce,

Dans cet abîme où il l’apprête.

 

C’est un mal être, une douleur,

Une blessure que nul ne voit,

Un monde obscur sans de couleurs,

Sans de lueur ni de pavois.

 

Tous ces pourquoi qui lors résonnent,

Forment un chœur pour leur antienne,

Un cri muet qui là détone,

Dans les arcanes qui le contiennent.

 

Il n’est plus rien de sa présence,

Seule cette attente qui tant perdure,

Les heures s’étirent en leur aisance,

Chaque seconde est longue et dure.

 

La vie n’est lors que ce malaise,

Que cet étau qui se resserre,

Cette lente chute d’une falaise,

La constriction de mes viscères.

 

La vie s’affirme en la souffrance,

S’impose à l’être si fortement,

Tant est présente son absence,

En ce terrible emportement.

(14/04/2021)

Partager cet article
Repost0

commentaires