Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 14:42

Les lins mûrs sont couchés,

Le ciel est gris et gras,

On pourrait le toucher,

Le saisir dans nos bras.

 

L’étendue des éteules

Rigides et coupants,

Clairsemée de ces meules

Sur ces champs se campant.

 

Hautes herbes sauvages

Qui fieffent ces pourtours,

Meubles murs de rivages

Altérés à l’entour.

 

Les vagues immobiles

De ces terres cultivées,

Paysages si labiles

Des saisons achevées.

 

La terre est cendre et poudre,

De sa soif craquelée,

La poussière se saupoudre

Sur ce sol gravelé.

 

Au lointain un sous-bois,

Tache verte isolée,

La lumière qui flamboie

Sous les nues insolées.

 

L’été, sa canicule,

La flagrance des orages,

Les fleurs d’un monticule,

La paille et les fourrages.

 

La torpeur qui écrase,

Le vent pesant et chaud,

Cet air qui nous embrase

Invisible cachot.

 

Tardive sera la nuit,

Collante et si pesante,

C’est bien après minuit

Qu’elle sera apaisante.

(16/07/2017)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires