Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 21:24

(Ondulez lentement en lisant et écoutant la musique, laissez faire vos imagination et émotion, attendez la voix , 1min13, cela n'en est que plus fort et troublant)

 

La farandole d’un bal

Celle d’une âme qui danse,

D’un cœur fol qui s’emballe

D’un émoi qui s’élance.

 

La caresse d’une voix,

D’un orchestre symphonique,

D’un tempo qui louvoie

Profane et messianique.

 

Si longue et douce plainte

Qui transperce effilée,

Juive et chrétienne complainte

S’en venant défiler.

 

Ces cordes que l’on frotte

Qui lentement gémissent,

Psalmodient et sanglotent,

Là sous les doigts frémissent.

 

Ondes pures d’un cristal

D’un vibrato sensuel,

Ces notes qui s’étalent

Singulières et duelles.

 

Longue et lente cohorte,

Qui s’avance ondulante,

Sous ce chant qui la porte,

Elle va l’amble si lente.

 

La danse des pénitents

Lourde marche des forçats,

Pécheurs impénitents

Sur la route en deçà.

 

Intérieurs flagellants

Qui oscillent ensemble,

En danseurs oscillants

L’un à l’autre ressemble.

 

Les archets sont des verges

Des caresses mordantes,

En notre âme là convergent

Ces ombres concordantes.

 

 

Silhouettes qui se meuvent

Si lourdes de leurs péchés,

S’écoulent tel un fleuve

Nullement empêché.

 

Ecrasés de leur peine,

Par des chaînes entravés,

Ils avancent à peine

Martelant les pavés.

 

Galériens de notre âme,

Emportés par ce chant,

Cette voix d’une femme

Dans le jour se couchant.

 

L’émotion nous étreint,

Nous enlace nous entraine,

Se faisant un écrin

Lentement elle nous traine.

 

Une troublante procession,

L’ondoiement de nos corps,

Cette intime confession

Dans ce monde sans décor.

(14/01/2017)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires