Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 13:06

L’aube d’un jour dedans l’hiver,

Sa lueur froide et si brillante,

Sur l’horizon en son revers

Cette onde pâle et scintillante.

 

Les champs les plaines et les futaies,

Silhouettes figées et lunaires,

Cinglés par la bise affutée

Semblent déserts et lagunaires.

 

Sans vie le temps semble infini

Comme égaré cherchant sa trace,

Chaque relief se définit

Approfondissant là l’espace.

 

Transie de froid la terre se casse

Chaque labour pris d’engelures,

Les arbres au loin semblent des carcasses

Ombres figées en dentelures.

 

La vie n’est pas la vie n’est plus

Sinon le jais des noirs augures,

Dessus ce monde de froid perclus

Un corvidé fait belle figure.

 

Loin les oranges d’un horizon

Qui montent et lentement s’étalent,

Etrange et froide floraison

D’un jour glacé sans ses pétales.

 

Un vent tranchant, bien effilé,

Arase, cingle, découpe et pourfend,

Silencieux, cinglant défilé

D’une bise invisible et soufflant.

 

La nuit accouche enfin du jour,

Livide et glaciale parturiente,

L’abandonnant comme toujours

Vieille femme en couches ci mourante.

 

L’hiver s’étale en sa lumière

Réveillant lors tous les reliefs,

Caresse les terres et les chaumières

Affirmant là quel est son fief.

(03/12/2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires