Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 11:34

(Attendre une minute de musique  avant de lire le poème)

 

 

 

Le temps s'étire si longuement

La nuit semble plus noire,

En ce pesant alanguissement

Frapper sur le heurtoir.

 

Elles s’agitent cognent et se faufilent,

Ostentatoires et vives,

Au son du martel elles défilent,

Au sommeil rétives.

 

Insectes invisibles et nocturnes

Parasites de la nuit,

Ces pensées allantes et taciturnes

Sortant de leur ennui.

 

Insistantes récitent leur antienne

Ce bourbon répété,

Cette épuisante valse de Vienne

Aux quatre temps heurtés.

 

Une ombre qui passe et repasse,

Diffuse et si présente,

Elle danse et bouscule vivace

Si légère et pesante.

 

Il n'est qu'elle en ce bal confus,

Surgissant de la foule,

Son souvenir prégnant et diffus

Qui serpente et s'écoule.

 

La nuit est vivante et profonde,

Happant là le sommeil,

Les images se heurtent et confondent

En ce trouble réveil.

 

Emoi impossible à tenir,

Prégnant, qui se répète,

Troublant délicieux souvenir

Nourrissant la tempête.

 

Le temps s'étire et se retient,

La nuit semble infinie,

Les idées mènent leur entretien

Criante cacophonie.

(29/03/2016)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Sandrine 29/03/2016 21:26

J'espère que vos jours sont plus doux que vos nuits.....aussi joliment décrites soient-elles...!!

Etsivousosiez 29/03/2016 21:29

Mais c'est nuits sont parfois longues parce que des pensées s'y installent pas forcément sombres des images des attentes des désirs des envies... Ce sont des instants de batailles entre la fatigue et cette émotion qui refuse de s'endormir