Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 15:43

L’eau forte de leurs ramures,

L'aquarelle de ces hêtres,

Silhouettes sans parure

Qui ne semblent plus être.

 

Cette étrange majesté

De ces géants-ci nus,

Aux coiffes délestées

Dans l’automne et ses nues.

 

Des lichens et des mousses,

Leurs parfums si boisés,

Un tapis de feuilles rousses,

Par ces arbres toisées.

 

Une lumière de pénombre

En leur intrication,

Tous ces troncs là en nombre

Sans aucune médiation.

 

L’humus et son odeur,

Le frottement de ces feuilles

Dans le souffle émondeur

Quand la brise les effeuille.

 

L’écho sourd du silence

Profonde infinité,

Quelques branches se balancent

Etrange éternité.

 

Un chemin, ses ornières,

La glaise brune et collante,

Des ronces et leurs lanières

Aux morsures si brûlantes.

 

Morts, gnomes et bosquets,

Vieilles grumes brisées,

Arthritiques embusqués,

Cyclopes martyrisés.

 

Sombres lavis pastel

D’un cimetière silencieux,

L’orée aux arantèles

Sur ces troncs disgracieux.

(12/12/2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires