Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 16:56

Infini étale et profond

Tel un océan qui s’enfuit,

L’horizon traçant sur son fond

Ce demain que l’on cherche et fuit.

 

Elle est là, floue, évanescente,

Légère comme un voile de satin,

Si froide, glacée chaude et brûlante,

Obscure claire rosée du matin.

 

Un lit de pétales, de feuilles mortes,

Sur un chemin d’été, d’hiver,

Une ligne sinuant de toutes sortes,

Une pièce tombant sur l’avers.

 

Limbes si claires sombres et profondes,

Marais, eau limpide d’une rivière,

La nuit où les ombres se fondent

Un jour abaissant ses œillères.

 

Une caresse apaisant les âmes,

Un cautère dévorant les chairs,

Le baiser tranchant d’une lame,

L’inconnue d’une porte cochère.

 

Un soleil qui se lève et se meurt,

Le lointain orange et si noir,

L’esprit figé en la demeure

En la peur ou le nonchaloir.

 

Floues et impalpables pensées,

Lucides, transparentes et sombres,

Là pragmatiques ou insensées,

Abîmes insondables où l’on sombre.

 

Vent câlin ou vif tourbillon,

Parasites hôtes ou invitées,

Frelons couleuvres ou papillons

Ci nul ne peut les éviter

 

(04/11/2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Régine 05/11/2015 13:39

La vie est une quête infinie d'émotions .... comme ces mots font jaillir à l'instant lus ...

Hécate 04/11/2015 20:43

Il y a comme presque toujours cette lancinante fuite des heures, le manque de quelque chose....Tant de talent pour le dire avec des mots de poète !

Etsivousosiez 04/11/2015 21:11

Je dois surement trop ressentir la vie, les autres, toutes ces contradictions des êtres, j'ai beau chercher dans les textes, le passé des mots, une possible réponse, je ne la trouve pas... et la vie chaque jour me pèse plus encore...merci de me voir comme un vrai poète

marie-claude 04/11/2015 17:51

d'où viennent nos pensées ... mais elles sont !

Etsivousosiez 04/11/2015 18:02

Oui elles sont, ce mystère de nos bonheurs et peines, de cetet soif d'amour et de destruction; tendrement johan qui vous offre là la sienne