Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 22:10

 

Le ciel, ses volutes incérées,

Ces nues épaisses grises grosses et grasses,

Là-haut lourdement insérées,

Compactes immobiles et sans grâce.

 

Comme semblant écraser le monde,

Vouloir l’étouffer de leur masse,

Les nuages au ciel se confondent

Puis là peu à peu s’y amassent.

 

L’horizon lentement se ferme

Reliant l’azur à l’ennui,

Le jour, arrivant à son terme

Se laisse terrasser par la nuit.

 

Les cieux noircis semblent des vagues,

Onde sale figée en l’empyrée,

Marée s’étalant dans le vague,

Dedans cet abîme aspirée.

 

La voute est un marais céleste

Empli de nuages engrossés,

Gravides de leurs enfants peu lestes

Par-dessus la terre exhaussés.

 

Etrange instant qui là nous presse,

Le tout sur lui se refermant,

Le ciel alors devenu presse

Lourd, lent, s’abaisse nous enfermant.

(20/11/2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires

Marie-Claude 21/11/2015 12:22

je ressens tout cela, une chape de plomb ...
amitié .

Etsivousosiez 21/11/2015 12:28

Merci encore et toujours

Régine 21/11/2015 02:00

"une oppression palpable " ... j'aime cette façon de planter et de mouvoir ce décor sous un vocabulaire recherché, cet accord parfait de musicalité pointue !

Etsivousosiez 21/11/2015 12:29

merci de temps de proximité régine