Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 13:26

Lente lave qui s’étale,

Là s’écoule labile,

Sur les ombres qui se talent,

Si poisseuse atrabile.

 

Fluente mélancolie

Qui serpente et garrotte,

Qui flétrit l’ancolie

Puis l’étouffe en sa grotte.

 

Ces marais du dedans,

Silice si mouvante,

Du brasier ci ardent

Les brûlures éprouvantes.

 

Lasse mon âme s’y noie

Se consume et se meurt,

En ces limbes s’ennoie

Pestilentes humeurs.

 

Ce désir du néant,

Cette envie de partir,

S’oublier là céans

De soi se départir.

 

Les solitudes intimes

La vacuité des jours,

Des détresses ultimes

Les chagrins de toujours.

 

Un volcan intérieur

Qui s’éveille, silencieux,

Son magma convoyeur

S’écoulant si spécieux.

 

Ce cadavre vivant

Qui se laisse emporter,

Atone mort-vivant

Par la fange déporté.


(18/10/2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires