Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 22:47

Cette absence si présente aux sens,

Se confondant au temps,

Présence d’une si lourde absence

Animal haletant.

 

Ce vide tenace est oppressant

Compact et si rempli,

Des murs s’approchant si pressants

Sans possible repli.

 

La vacuité qui vous écrase,

Dans un cri là muet,

Plus de mots de sons ni de phrases

Par ce temps remués.

 

Tout est vain, qu’importent les autres

Leurs images et leurs bruits,

Séant seul le néant se vautre,

Rien n’est plus même autrui.

 

L’attente si pesante éternelle

En son inanité,

Dans ce grand vide sempiternel

Etrange ubiquité.

 

Répétition de l’univoque,

Le chemin des cent pas,

Il n’est plus lors nulle équivoque,

Quand le temps ne vaut pas.

 

Cette intime présence de l’absente

Prégnante et sans répit,

Absence ô combien là présente

Allant de mal en pis.

 

Reviendra-t-elle qui sait un jour

Celle qui jamais ne fut,

L’absente présente de toujours,

Celle qui un jour s’en fut.

(16/09/2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by Etsivousosiez
commenter cet article

commentaires